Recherche

Les recherches les plus fréquentes :

La zone maraîchère de Wavrin

La Métropole Européenne de Lille a décidé de soutenir le Développement d’une agriculture de proximité, durable et respectueuse de l’environnement, identifiée comme vectrice de création d’emplois et de développement économique dans la ceinture rurale du territoire périurbain. Forte de cette volonté, la MEL a proposé à ses partenaires (Chambre d’Agriculture du Nord Pas-de-Calais, GABNOR, Pôle Légumes, SOGEMIN, Etat, Conseil Régional du Nord Pas-de-Calais, Conseil Départemental du Nord, Agence de l’eau Artois-Picardie, SAFER, établissements d’enseignement, FRCUMA, etc…) de donner de la visibilité à cette idée en créant une zone entièrement dédiée à ce type d’agriculture, sur le site de la Vallée à Wavrin ( 59).

Inaugurée en 2017, la zone maraîchère et horticole de Wavrin (35 hectares), accueille neuf exploitants maraîchers, horticulteurs et pépiniéristes sur des parcelles entre 1,5 et 6 hectares

Ce projet marque la volonté forte de la MEL de soutenir le développement d’une agriculture respectueuse de l’environnement et d’un approvisionnement en circuit court dans la première métropole agricole de France.

La demande des citoyens en produits locaux et celle des agriculteurs de s’installer sur le territoire confortent cette dynamique.


Réalisation 

Ce site offre un espace de 35 ha de terres arables situées le long de la route nationale 41 et mise en réserve à la SAFER à la demande de l’EPCI.

L’aménagement de cette zone cherche à répondre à 3 objectifs :

1-Soutenir la création de nouvelles unités de productions agricoles, notamment maraîchères, arboricoles et horticoles - Dans un contexte de rareté du foncier agricole libre d’occupation, il s’agit d’aider à l’installation et de mettre à disposition d’agriculteurs ( jeunes, reconversion et relocalisation métropolitaine) des parcelles aménagées et viabilisées, moyennant un bail rural conclu entre la MEL et le porteur de projet

2- Développer des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement – Promouvoir et développer l’agriculture biologique, et ainsi répondre à l’augmentation de la demande en produits biologique dans la métropole lilloise – Valoriser et conforter les efforts réalisés ces dernières années par le monde agricole, engagé dans de nombreuses démarches de progrès environnementaux. Les terres ont été converties en biologique.

3- Aménager une zone « vitrine » pour la profession, intégrée dans son territoire. Il s’agit d’inciter les projets collectifs entre les agriculteurs qui seront présents sur la zone, en lien avec les besoins du territoire.

9 porteurs de projets ont été sélectionnés pour entrer dans le dispositif d’accompagnement proposé par la MEL et ses partenaires. Ils sont accompagnés par la Chambre d’agriculture, le GABNOR et la FRCUMA, dans la construction de leurs projets individuels d’installation, ainsi que dans la construction d’un projet collectif (mutualisation des moyens, préparation à la future gestion dans la zone). Les porteurs de projet ont créés une CUMA (Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole).



Pérennité et viabilité

La MEL a notamment permis de faciliter l’accès au foncier agricole aux porteurs de projet. Elle leur a aussi offert un accompagnement à l’installation, par le biais de formations et en favorisant la coopération et la mise en place d’actions collectives (mutualisation de matériel, échanges d’expériences…). Cet espace est un lieu d’échanges et de transferts de savoirs, créateur de synergies entre les agriculteurs.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie agricole de la Métropole, dont l’un des axes est de favoriser l’approvisionnement local des citoyens et de la restauration collective.

Le plus ? Tous les porteurs de projet ont fait le choix de l’agriculture biologique. Une démarche qui valorise et conforte les efforts du monde agricole en faveur du progrès environnemental et vient en réponse à une demande grandissante de la part des consommateurs de produits bio et locaux.


L’ambition de la MEL 

Conforter l’agriculture comme filière économique, inciter les pratiques agricoles durables, structurer l’offre de produits locaux et préserver le foncier agricole.

 


Marine Florent de l’exploitation Les Herbes Folles, l’une des premières installées dans la zone maraîchère

Comment la MEL a-t-elle aidé à votre installation ?

La MEL a facilité notre accès au foncier en nous louant des terres agricoles et un bâtiment technique de 800 m2, commun aux exploitants agricoles de la zone maraîchère. Cela nous permet de conditionner et stocker nos récoltes, de mutualiser notre matériel, de nous rencontrer et d’échanger sur nos différentes expériences. Sans ce soutien technique et l’accompagnement à l’installation dont j’ai bénéficié, je n’aurais pas été en mesure de m’installer tant l’accès aux terres agricoles est difficile. 

Quelle est votre vision de l’agriculture locale demain ?

L’initiative de la MEL de développer des terres agricoles nourricières au sein de la métropole va dans le bon sens. Revenir à une production locale devient une nécessité et cela répond complètement à la demande des consommateurs.

lesherbesfolles.neowp.fr


Wavrin pousse les murs

Forte de son succès, les demandes d’installations en maraîchage continuent d’affluer. Pour faciliter le développement d’une agriculture de proximité, deux projets d’extension de la zone maraîchère sont en cours. Une dizaine de nouveaux hectares de terre seront rendus disponibles d’ici 2022. De nouveaux porteurs de projet pourront s’installer sur la zone à partir de 2021, enrichissant ainsi les structures maraîchères biologiques déjà en place.

 

Repères

  • 35 ha mis en culture
  • 9 exploitants
  • Taille des exploitations : 1,5 à 6 ha
  • 1 hangar agricole de 1 300 m²
  • Coût du projet : 3 M€

 

Vos producteurs en métropole