Compensation carbone locale

Compensation carbone locale

En complément des efforts indispensables en termes d’atténuation du changement climatique et d’adaptation du territoire, le plan climat air énergie territorial (PCAET) prévoit le recours au mécanisme de compensation carbone volontaire pour les émissions qui ne peuvent être réduites et pour ainsi atteindre l’objectif collectif de neutralité carbone. La MEL souhaite faciliter le développement de projets de compensation carbone locaux et ainsi donner la possibilité aux entreprises d’investir dans la transition énergétique et écologique de leur territoire.

Compensation carbone, de quoi parle-t-on ?

La compensation ou contribution carbone volontaire est un mécanisme qui permet à un porteur de projet de générer des crédits carbones grâce aux émissions de gaz à effet de serre (GES) que son projet va participer à éviter, à réduire ou à séquestrer. Un crédit carbone correspond à une tonne de dioxyde de carbone (TeqCO2) non émise ou séquestrée grâce au projet.

Ces crédits peuvent ensuite être revendus, et ainsi faciliter le financement du projet, auprès d’entreprises volontaires qui souhaitent aller plus loin dans leurs stratégies de décarbonation en compensant tout ou partie de leurs émissions résiduelles de GES.

Le développement de projets à impact positif pour le climat

Différents labels et démarches de certification sont venus encadrer, ces dernières années, ces mécanismes de compensation carbone volontaire. Un projet labélisé ou certifié, c’est en effet la garantie pour un porteur de projet de s’inscrire dans une démarche vertueuse. Pour une entreprise, c’est l’assurance que le projet qu’elle finance a un réel impact bénéfique sur le climat.

En France, le « label bas carbone » mis en place par le Ministère de la transition écologique constitue depuis 2020 un cadre de certification privilégié et couvre un large spectre de projets situés en France.

Le changement de pratiques des agriculteurs, les dynamiques d’agroforesterie ou de reforestation, le recours au réemploi ou aux matériaux biosourcés dans le secteur du bâtiment sont autant de leviers indispensables à la lutte contre le réchauffement climatique et à la préservation des puits de carbone d’un territoire.

Le nombre de champs d’action couverts par ce label est en plein essor et pourra concerner demain la nature et la place de l’arbre en ville, la mobilité ou encore la gestion des déchets.

alt

Une approche locale de la compensation carbone volontaire sur le territoire de la MEL

La MEL souhaite promouvoir une approche locale de la compensation carbone en facilitant la rencontre entre porteurs de projets « bas carbone », opérateurs développant des projets locaux et entreprises volontaires souhaitant accompagner la transition des acteurs de leur territoire.

En matière agricole, plusieurs projets de transition vers une agriculture régénératrice et bas carbone sont déjà en cours ou en voie de labélisation et constituent dès maintenant, pour toute entreprise volontaire, une opportunité concrète de passer à l’action. 

Pour découvrir ces projets, c'est par ici :

alt
alt

De même, au regard de son large champ de compétences, la MEL souhaite tester en direct les opportunités offertes par le label bas carbone sur certains de ses projets pour mieux essaimer, demain, les bonnes pratiques.

Ce sera le cas avec la rénovation du bâtiment Pollet sur le site Blanchemaille à Roubaix qui permettra d’expérimenter sur le terrain la méthode « rénovation » du label bas carbone.

Le but ? Recourir au maximum à des matériaux de réemploi plutôt qu’à des matériaux neufs pour limiter l’empreinte carbone de cette rénovation d’ampleur. Pour mener à bien cette expérimentation, la MEL s’appuie sur l’expertise de la coopérative carbone de la Rochelle ainsi que sur celle du centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB).

Vous souhaitez passez à l’action ?

Vous êtes porteurs de projets et vous pensez à vous engager dans une démarche bas carbone ? Vous êtes opérateurs carbone et souhaitez valoriser les projets que vous accompagnez sur le territoire de la MEL ? Vous êtes une entreprise engagée et vous aimeriez compenser vos émissions résiduelles de GES en soutenant un projet local ? 

Contactez la MEL en vous adressant à l’adresse suivante : ffiems@lillemetropole.fr