Recherche

Les recherches les plus fréquentes :

La MEL vote un effort particulier pour l’entretien de ponts

Conseil métropolitain du 13 décembre 2019

La Métropole Européenne de Lille préserve son patrimoine

La MEL vote un effort particulier pour l’entretien de ponts

 

La Métropole Européenne de Lille (MEL) recense au total plus de 650 ponts, répartis sur l’ensemble de son territoire. Elle consacre, chaque année, en moyenne près de 5 millions d’euros pour leur préservation et adaptation aux besoins des métropolitains : augmentation de la part piétonne, des pistes cyclables, etc.

Dans ce cadre, les élus métropolitains se sont prononcés ce 13 décembre en faveur de crédits spécifiques pour l’entretien de trois ponts : celui de l’Hippodrome, du Château Rouge et du Tilleul situés respectivement à Lille/Lambersart, Marcq-en-Baroeul/Wasquehal et Tourcoing. Leurs travaux débuteront en 2020.

« Le territoire métropolitain compte, parmi les équipements au service du public, un important réseau d’ouvrages d’art. C’est un patrimoine que nous avons à cœur de préserver et de développer en tenant compte des nouveaux enjeux de mobilité et dans un respect de l’environnement » témoigne Daniel Janssens, Vice-président en charge des Transports publics, de la Voirie et de la Qualité des espaces publics à la Métropole Européenne de Lille.

Le pont de l’Hippodrome

Le pont de l’Hippodrome permet de traverser un bras de la Deûle via les avenues de l’Hippodrome à Lambersart et de Léon Jouhaux à Lille. Dans le cadre du Schéma cyclable métropolitain, l’avenue de l’Hippodrome fait partie du réseau cyclable secondaire qui permet de relier au Nord Lille-Loos-Lambersart et au sud Lille intra-muros.

Les travaux envisagés permettront de réhabiliter et de renforcer le pont mais aussi de créer des pistes cyclables unidirectionnelles (c’est-à-dire en sens unique), d'une largeur de 1,90m.  

Le coût total des travaux est estimé à 2 800 000€ HT. Un appel d’offres sera lancé prochainement.

Le pont du Château rouge

Le pont du Château Rouge, à Marcq-en-Baroeul et Wasquehal, permet de franchir le canal de la Marque via l'Avenue de la Marne (la RM 670 pour l’axe central et les RM 5 et 5c pour les voies latérales). Ces voies assurent la liaison entre Lille et Tourcoing et le Nord de l'agglomération lilloise. L'itinéraire comprend également une ligne de tramway.

Un diagnostic complet de la structure a été réalisé fin 2018 qui a mis en évidence la nécessité de réaliser des travaux de renforcement de l’ensemble de l’ouvrage. Ainsi, dès l’été 2019, une première phase de travaux a été réalisée sous le tramway. Dans un enjeu de sécurité, une limitation de tonnage a été mise en place dès 2019 sur les voies latérales de l’ouvrage (12 tonnes pour la voie latérale côté tramway et 19 tonnes pour l’autre latérale). Ces préconisations seront levées une fois menés les travaux de renforcement sur l’ensemble de l’ouvrage.

Les travaux prévus permettront de compléter les travaux déjà réalisés sous le tramway et de renforcer les trois tabliers de l’ouvrage (c’est-à-dire les structures sous le pont qui permettent de supporter les charges du trafic routier). L’objectif final est de rétablir un trafic poids-lourds standard sur l’ensemble des voies de l’ouvrage.

Le coût total de l’opération est estimé à 4 950 000 € HT. Un appel d’offres ouvert sera lancé.

Le pont du Tilleul à Tourcoing

Le pont du Tilleul permet de franchir, via l’avenue du Maréchal Joffre (M 765) 12 voies ferrées SNCF, l'avenue Lefrançois (RM 770) et la rue de Hondschoote. Cet ouvrage d’art se situe à proximité de la gare de Tourcoing. La RM765 assure la liaison entre le centre-ville de Tourcoing et la commune de Wattrelos, avec un trafic moyen journalier de l'ordre de 13 300 véhicules dont près de 2 % de poids-lourds.

Un diagnostic complet réalisé a permis de constater une corrosion de certaines poutres métalliques du pont, situées à la jonction entre la chaussée et les trottoirs.

Les travaux envisagés permettront de traiter la corrosion constatée sur le pont, d’alléger les charges au niveau de l’ouvrage et d’élargir les espaces dédiés aux modes doux par la réduction du terre-plein central, soit à terme : 2 voies de circulation automobiles d’une largeur de 3,50 mètres, des trottoirs de 4 mètres et des pistes cyclables de 2 mètres.

Le coût total de l'opération est estimé à 2 500 000 € HT. Un appel d’offres ouvert sera lancé.

La MEL renforce sa surveillance  des ouvrages d’art et prévoit une augmentation des moyens à leur consacrer

Le transfert des routes départementales à la Métropole Européenne de Lille en janvier 2017 a doublé le nombre d’ouvrages d’art métropolitains. Comme l’ensemble des gestionnaires routiers, la MEL doit aujourd’hui faire face à un patrimoine construit majoritairement il y a plus de 60 ans et dont la durée de vie se situe entre 75 et 100 ans.

La MEL a donc pris la décision de renforcer son dispositif de surveillance en instaurant une visite périodique de chaque ouvrage tous les 3 ans et une inspection détaillée tous les 6 ans. Celle-ci sera même diligentée chaque année pour les ponts les plus dégradés.


À propos de la MEL

Au service des 90 communes qui la composent, la Métropole Européenne de Lille agit au quotidien pour 1,2 million d’habitants. Elle est compétente dans les domaines essentiels suivants : transport, logement, économie, espace public et voirie, aménagement et urbanisme, politique de la ville, eau, assainissement, déchets ménagers, accessibilité handicap, nature et cadre de vie, culture, sport, tourisme, crématoriums. Le Conseil de la Métropole, présidé par Damien Castelain depuis le 18 avril 2014, est composé de 184 membres élus au suffrage universel direct pour 6 ans.


Contact presse