Recherche

Les recherches les plus fréquentes :

Terrasse

La Métropole Européenne de Lille engage un plan de relance économique massif

Après la période de confinement liée à la crise sanitaire du COVID-19, la Métropole Européenne de Lille (MEL) engage un plan de relance exceptionnel de 66,1M€ pour soutenir les entreprises, les artisans, les commerçants du territoire et les accompagner dans leur reprise d’activité. Il complète les mesures déjà engagées dès le début de la crise à hauteur de 14,6M€.

Ce plan de relance massif se décompose en 9 mesures regroupées en 5 grandes thématiques détaillées dans les pages de cette rubrique :
 

L'essentiel du plan de relance :

L’arrêt momentané de nombreuses activités pendant le confinement a fragilisé des pans entiers de notre économie, et tout particulièrement l’économie de proximité comme les commerces, les cafés/hôtels/restaurants, les services aux personnes et aux entreprises, mais également l'industrie et le BTP.

Aujourd’hui, l’urgence est de réussir à maintenir l’activité de manière à préserver les emplois, notamment au sein des filières les plus impactées. Pour y parvenir, et après les premières mesures mises en œuvre au début du confinement, la MEL lance un plan de relance inédit de 66,1M€ afin de venir en aide aux acteurs économiques en difficulté et favoriser leur reprise d'activité. Il vient en complémentarité des dispositifs mis en place par l'État et l’ensemble des acteurs institutionnels, dont la Région Hauts-de-France. 

« Plus que jamais, nous devons jouer collectif dans l’intérêt des entreprises, de l’emploi local et avec tous les acteurs du territoire », souligne Damien Castelain, Président de la Métropole Européenne de Lille. « Ce plan de relance exceptionnel est le fruit d’une large concertation avec le monde économique et les communes. Il répond très exactement aux besoins immédiats de chaque secteur : la prise en charge de trois mois de loyers pour les commerçants et les artisans, les avances remboursables pour les entreprises, y compris les plus petites, le soutien au monde agricole et aux horticulteurs, les mesures de dimension sociale pour relancer la construction, les prêts bonifiés pour l’accession à la propriété, les aides pour les travaux des copropriétés, la relance de la commande publique, le soutien au monde associatif organisateur d’événements sportifs et culturels… Tout cela constitue un ensemble d’interventions de la MEL, indispensable à la reprise économique et utilement complémentaire aux dispositifs de l’Etat et des autres collectivités ».

Dès le début du confinement, la MEL a réagi très rapidement en engageant une série de mesures immédiates pour préserver la trésorerie des entreprises et réduire au maximum les effets de la crise : report du versement de la taxe de séjour métropolitaine des hôteliers ; suspension des versements de loyers dans les Ruches d’entreprises, au CETI et à Maisons de mode ; compensation des exonérations des loyers pratiqués dans les incubateurs accélérateurs (Euralimentaire, Eurasanté, Euratechnologies, Euramatérials et Plaine Images)… Un ensemble de mesures pour un total de 14,6M€.

Le plan de relance engagé aujourd’hui par la MEL est d’une toute autre ampleur et s’articule autour de neuf dispositifs entièrement nouveaux, en mettant l’accent sur les entreprises et les projets liés à la transition énergétique.

Des outils en faveur de l’économie de proximité, cœur économique métropolitain

    1.   Pour aider les TPE, les artisans et les commerçants, la Métropole crée une aide concrète et immédiate au moment de la reprise à travers un « Fonds Rebond » doté de 20M€ et destiné à prendre en charge l’équivalent de 3 mois de loyers à hauteur maximum de 1500€ (16 000 commerçants et artisans métropolitains sont éligibles à ce dispositif). Il peut aussi être accordé sous la forme d’une aide forfaitaire de solidarité jusqu’à 6K€ selon le nombre de salariés pour les TPE, commerçants, artisans, agriculteurs, horticulteurs, et professionnels du tourisme. Ce soutien s’accompagne d’une charte d’engagement signée par les entreprises en faveur de la transition écologique et énergétique.*
 

    2.   Il se complète d’un nouveau dispositif d’avances remboursables cofinancé par la MEL, la Région Hauts-de-France et la Banque des Territoires (6,6M€) dédié aux entreprises ou associations de moins de 10 salariés. Les bénéficiaires pourront recevoir de 5 à 30 K€ remboursables sur 3 à 5 ans.
 

    3.   Cet engagement financier majeur s’accompagne d’un vaste plan de soutien et de développement de l’économie de proximité, contractualisé avec les communes. Ce plan comporte 17 actions opérationnelles pour un montant de 2,5M€.

Rénovation des logements et aide « booster » à l’accession à la propriété

Pour relancer le secteur du bâtiment durement touché par l’arrêt des chantiers, et lier la reprise aux politiques traditionnelles de la Métropole en faveur du logement, la MEL engage cinq mesures volontaristes destinées à favoriser la reprise d’activité des entreprises du secteur en bénéficiant directement aux métropolitains.
 

    4.   3000 rénovations supplémentaires de logements sociaux seront engagées sur 3 ans (2020/2022) pour un total d’aides de 9M€.
 

    5.   Un plan de soutien massif pour la rénovation des copropriétés est mis en oeuvre avec la rénovation thermique de 600 logements par an pendant 3 ans (3,6M€).
 

    6.   Il dispose également d’un volet spécifique pour les copropriétés dégradées incluant le financement de travaux de mise en sécurité pour 600 logements par an pendant 3 ans (6M€).
 

    7.   S’y ajoute un investissement de 12M€, à parité avec l’Etat, pour accélérer la rénovation des résidences étudiantes de la Cité scientifique, améliorer la qualité de vie des étudiants et renforcer l'attractivité du campus lillois (12M€ sur 5 ans). 600 logements sont concernés dans les résidences étudiantes Bachelard et Boucher.
 

    8.   Enfin, la MEL met en œuvre un dispositif « booster » d’accession maîtrisée à la propriété : 5000€ en moyenne par ménage, sous conditions de revenus, et à concurrence de 700 logements, sous la forme de bonification de prêts bancaires pour les programmes à TVA réduite portés par les bailleurs sociaux et dans les programmes à prix abordable par la promotion privée (4M€)

 

Des actions en faveur des acteurs du tourisme et de l’événementiel

Le secteur touristique s’est brutalement effondré avec la crise sanitaire, tout comme celui de l’événementiel, fortement touché du fait de l’annulation des grands événements programmés sur le territoire métropolitain.
 

    9.   Comme elle s’y était engagée, la Métropole Européenne de Lille a travaillé avec les acteurs de la filière pour mettre en œuvre un ensemble d’actions opérationnelles dont la finalité est le renforcement des actions de promotion de la destination Lille, du tourisme d’affaires et de la dynamique événementielle sur le territoire métropolitain. 2,4M€ seront consacrés par la métropole à cet objectif, en mobilisant notamment l’agence d’attractivité Hello Lille.

Une relance massive par la commande publique

Avec 450M€ d’achats chaque année dans le cadre de ses marchés, plus de 1md€ en tenant compte de ses concessions, et 600 fournisseurs dont 80% sont des entreprises régionales pour 2000 emplois locaux permanents, la Métropole Européenne de Lille est un acheteur de premier plan.

La MEL entend dans le cadre de ce plan de relance économique anticiper la commande publique métropolitaine afin de préparer les conditions d’un « choc positif » de demandes dès la levée des restrictions liées à la crise sanitaire en visant notamment les achats auprès des secteurs les plus fragilisés par la crise, les achats dans des champs d’activité peu capitalistiques, présentant une forte intensité de main d’œuvre et étant donc les plus « riches » en emplois et les achats dont l’objet fait appel en priorité à des emplois non-délocalisables.

Cette relance ciblée de l’activité se prépare dès à présent et donnera lieu à une « programmation des achats » dédiée à la relance, consolidée à l’échelle de l’établissement.

La réalisation de certains de ces achats dans le cadre de la centrale d’achat métropolitaine (CAM) ajoute un réel effet amplificateur sur le territoire et concourt à la poursuite de la dynamique de mutualisation au service des communes.

Dans le prolongement de son effet de levier sur l’activité économique et l’emploi, cette relance donnera toute sa place à la prise en compte des enjeux de responsabilité sociale (RSE) qui sont au cœur de la politique d’achat responsable de la MEL et, en particulier du Schéma métropolitain de promotion des achats publics socialement et écologiquement responsables (SPAPSER).

Les enjeux de transition écologique et de résilience du territoire constituent des défis majeurs qu’une relance économique qui serait limitée à une stimulation quantitative de la demande à court terme ne suffirait pas à relever.

Aussi, la MEL entend déployer une stratégie de relance qui intègre pleinement les orientations de son schéma de promotion des achats publics socialement et écologiquement responsables (SPAPSER) et, plus largement de son Plan Climat Air Energie (PCAET) territorial ainsi que de son budget climatique.

Un suivi de l’efficacité des mesures du Plan et la nécessaire préparation de l’avenir


Le Plan de relance proposée par la MEL s’inscrit dans le temps pour à la fois répondre aux urgences et apporter un soutien aussi longtemps que les entreprises du territoire en auront besoin. Quatre actions permettront d’évaluer la pertinence des mesures et d’assurer la nécessaire adaptation des politiques publiques au regard des exigences partagées pour « l’après ».

Pour suivre le plus régulièrement possible les évolutions de l’économie métropolitaine, mesurer l’impact des actions engagées, les adapter, la Métropole Européenne de Lille met en place un Observatoire métropolitain de la conjoncture et de la reprise économique. Cet observatoire partenarial s’appuiera notamment sur les outils d’observation mis en place par la MEL dont celui dédié au tourisme ainsi que sur l’ingénierie de l’agence d’urbanisme (ADULM). La MEL disposera ainsi d’un outil adapté au contexte et susceptible d’alerter sur les fragilités et difficultés persistantes sur le long terme.

La MEL a lancé une consultation publique (https://participation.lillemetropole.fr) L’actualité liée à la crise du Covid-19 met en lumière la nécessité de continuer à associer les habitants/usagers/citoyens afin de recueillir leurs avis éclairés sur le devenir de nos sociétés. C’est le moment opportun pour prendre en compte des contributions citoyennes sur certaines thématiques comme le lien social, les modalités du vivre ensemble, les solidarités voire les évolutions de mode de vie et de consommation, la préservation de l’environnement ou encore l’appui à l’économie notamment locale. L’objectif est de recueillir des idées sur les thématiques sur lesquelles la MEL est compétente (économie, emploi, sports, culture, environnement, alimentation, le numérique, citoyenneté, aménagement, cadre, de vie, transports) mais également de recueillir des propositions pour ré-inventer le « vivre ensemble » après le dé-confinement.

Au-delà de l’accompagnement assuré par la MEL de son écosystème d’innovation et de ses filières d’excellence, la MEL mobilise ses sites d’excellence (Euratechnologies, Eurasanté, Euralimentaire, Euramatérials, Plaine Image, Eurasports) pour contribuer à l’élaboration d’un plan stratégique de la transition apportant pour chacun d’eux le fruit de leurs expertises et analyses. Ce travail sera coordonné par les services de la MEL dans une logique de réseau d’excellence stratégique métropolitain.

Enfin, à l’initiative de son Président, la métropole va mettre en place un  groupe de haut niveau réunissant les dirigeants des grands groupes métropolitains pour travailler à ces questions et envisager des mesures structurelles fortes pour renforcer la protection et le développement économique et social du territoire.
 

Découpage financier du plan de relance économique

 

Le plan de relance de la Métropole Européenne de Lille en faveur de l'activité économique est constitué des 9 grands dispositifs d'un total de 66,1M€ répertoriés ci-dessous :

Les engagements de la MEL depuis le début de la crise sanitaire (14,6M€)


1.    Mobilisation des développeurs économiques dans le dispositif régional d’accompagnement des entreprises ;

2.    Maintien des financements aux structures métropolitaines agissant dans le champ économique et de l’emploi ;

3.    Mesures exceptionnelles de soutien aux entreprises (report de la perception de la taxe de séjour, exonération des loyers des entreprises hébergées, recouvrement différé des créances) ;

4.    Promotion des producteurs et commerçants locaux ;

5.    Garantie de financement aux structures métropolitaines agissant dans les champs du tourisme, de la culture et de l’événementiel ;

6.    Soutien aux structures d’animation économique lorsqu’elles sont fragilisées ;

7.    Adaptation des procédures pour les opérateurs économiques fragilisés ;

8.    Absence de pénalités pour les retards dans l’exécution des marchés ;

9.    Relèvement du taux d’avance des marchés publics pour soutenir la trésorerie des entreprises ; 

10.    Soutien solidaire aux acteurs de première ligne pendant la crise sanitaire ;

11.    Mesures de solidarité en lien avec les grands comptes ;

12.    Soutien aux étudiants en situation de précarité.
 

Les mesures du plan de relance (66,1M€)


13.    Création du « fonds Rebond » pour les TPE, artisans et commerçants à hauteur de 20M€ pour financer les loyers ou sous la forme d’une aide forfaitaire de solidarité et création d’un fonds d’avances remboursables à taux 0 « Covid Relance » avec la Région Hauts-de-France et la Banque des Territoires (6,6M€) ;

14.    Instauration d’un service métropolitain de l’économie de proximité avec 17 actions opérationnelles proposées aux territoires souhaitant s’engager avec la MEL, dont extension du fonds de concours commerce, déploiement des « boutiques à l’essai pour lutter contre la vacance commerciale, financement d’études de potentiel commercial, de postes de managers de centre-ville… (2,5M€) ;

15.    Activation d’un dispositif exceptionnel d’ouvertures dominicales des commerces (possibilité de 12 dimanches d’ouverture en 2021) ;

16.    Financement de 3000 rénovations supplémentaires de logements sociaux sur 3 ans (9M€), d’un dispositif de soutien pour la rénovation thermique de 600 logements par an pendant 3 ans (3,6M€) et soutien aux travaux de mise en sécurité des copropriétés dégradées pour 600 logements par an pendant 3 ans (6M€). Participation au financement de la rénovation des résidences étudiantes de la Cité scientifique de Villeneuve d’Ascq (12M€). Création d’une aide « booster » pour l’accession à la propriété (4M€) : 5000€ en moyenne par foyer sous la forme de bonification de prêts bancaires ; 

17.    Renforcement des actions de promotion de la destination Lille, du tourisme d’affaires et de la dynamique événementielle sur le territoire métropolitain (2,4M€) ;

18.    Relance de la commande publique métropolitaine en visant notamment les achats auprès des secteurs les plus fragilisés par la crise, les achats dans des champs d’activité peu capitalistiques, présentant une forte intensité de main d’œuvre et étant donc les plus « riches » en emplois et les achats dont l’objet fait appel en priorité à des emplois non-délocalisables.
 

Informations pratiques :