Culture
Le 06/05/2024

Carte blanche à Sébastien Faucon, nouveau directeur-conservateur du LaM

Rendez-vous au LaM pour deux expositions avant une fermeture pour travaux et une programmation hors les murs exceptionnelle.

Vous arrivez au LaM, en quoi ce musée vous a-t-il plu ?

J’ai été séduit par l’idée de travailler pour le LaM, car c’est le seul musée à présenter trois grandes collections d’art contemporain, moderne et brut, très représentatives de l’histoire de l’art du XXe siècle. Sa force est aussi bien de  travailler à la redécouverte de grandes figures historiques, comme Marisa Merz, que sur des artistes très connus du public, comme Vladimir Kandinsky. Mais également de mettre  en avant une plus jeune scène, avec des artistes moins connus, en ayant un regard sur le merveilleux par exemple.

Quels sont vos projets pour le musée métropolitain ?

Mon ambition est de construire un projet fédérateur et ouvert sur le territoire métropolitain avec l’ensemble de l’équipe du musée. Je souhaite continuer à positionner le LaM comme un grand musée du nord de l’Europe, mais aussi comme un lieu qui propose de nouvelles pistes, de nouveaux imaginaires. La programmation sera très transversale, pour aider à comprendre les connexions entre les courants artistiques et les porosités entre toutes les formes d’art dans l’esprit même du LaM. Le jardin du musée m’intéresse beaucoup, je veux continuer à en faire un lieu d’exposition à part entière mais aussi un enjeu de la transition écologique amorcée par le musée. Le jardin sera agrémenté de nouvelles œuvres d’artistes, avec un focus sur la jeune création et les œuvres d’artistes femmes, qui dialogueront avec les œuvres historiques déjà présentes. Je souhaite aussi développer un volet pédagogique et culturel important. La question des publics est essentielle, on doit faire avec les publics, c’est l’un des grands enjeux de notre société.

Quels sont les temps forts du second semestre ?

Jusqu’en septembre, le musée propose deux très belles expositions, assez complémentaires. La première, consacrée à Marisa Merz, présentera une centaine d’œuvres inédites  de cette artiste capitale dans l’histoire de l’art contemporain. De quoi redécouvrir un travail très poétique, tout en finesse, autour d’assemblages d’objets du quotidien et de La programmation hors les murs sera présentée à la rentrée. Ce que l’on peut en dire, c’est qu’elle commencera par une grande fête au LaM en octobre et qu’elle se poursuivra par une série d’expositions, de performances, de rencontres. représentations plus figuratives. Cela fait partie de ces expositions essentielles qui répondent à la volonté du LaM de mettre en lumière de grandes artistes femmes, restées dans l’ombre de leurs pairs. Une seconde exposition est consacrée à Guy Brunet, un artiste autodidacte qui propose une œuvre  autour de l’espace cinématographique, dans un univers très coloré. C’est une proposition très réjouissante. Mettre en lumière des artistes affiliés à l’art brut, complètement méconnus, c’est vraiment l’ADN du musée.

Quel est le programme, une fois le musée en travaux ?

Cette fermeture [prévue pour octobre] est en fait une opportunité de sortir de nos murs. Cette période va nous permettre de réinventer nos pratiques, d’aller à la rencontre du public. C’est formidable de pouvoir tester des choses et développer de nouveaux partenariats. C’est un moment stimulant pour préparer la réouverture de 2026 et je l’espère élargir encore plus nos publics. La programmation hors les murs sera présentée à la rentrée. Ce que l’on peut en dire, c’est qu’elle commencera par une grande fête au LaM en octobre et qu’elle se poursuivra par une série d’expositions, de performances, de rencontres. Notre ambition est que ces événements irriguent tout le territoire dans des lieux parfois inattendus et surtout au plus près de nos publics.

Qu’apporte au musée son lien avec la Métropole ?

La question de l’ancrage du musée dans son territoire est essentielle. Le LaM a une très belle histoire et doit poursuivre sa mission de service public. Le musée ne peut en effet exister qu’avec et par son public. Cette mission se déroule bien entendu dans les espaces du musée et du parc mais aussi en prolongeant le champ d’action du LaM au sein du territoire métropolitain et au delà, pour rayonner encore davantage. Il y a une dizaine d’années, lors de mes expériences ici, j’ai le souvenir d’avoir été fasciné par la forte dimension culturelle de la métropole et d’avoir constaté à quel point la culture était un véritable enjeu de démocratisation. Il y a une vraie dynamique et je sais à quel point les collaborations et les partenariats sont importants. C’est très enthousiasmant.

> Toute la programmation : musee-lam.fr

Nos actualités

Toutes nos actualités

Nature
Sport

Le 12/06/2024

Fête de la glisse aux Prés du Hem

Paddle, initiations au catamaran, planche à voile, kayak, courses d’objets flottants non identifiés (OFNI), DJ sets… Rendez-vous les 29 et 30 juin aux Prés du Hem à Armentières !

Culture

Le 10/06/2024

Une fête à l’opéra !

Du 4 au 17 juin, le chef-d'œuvre pétillant de Johann Strauss fils, Die Fledermaus (en français, La Chauve-Souris), est présenté à l'opéra de Lille et sera retransmis en direct dans plusieurs lieux.