Parcs d'activités

Parcs d'activités

La MEL s’engage continuellement pour une montée en qualité de son immobilier à destination des entreprises. L’aménagement de nouveaux parcs, la densification des parcs existants, ou encore la redynamisation des parcs d’activités participent à cette dynamique de son marché immobilier.

Redynamisation des Parcs d’activités

La MEL investit 28 M€ sur trois ans pour redynamiser ses parcs d’activités les plus anciens, avec pour objectifs d’y attirer de nouvelles activités et d’améliorer la qualité d’accueil pour les entreprises déjà présentes et leurs salariés. Cette politique impactera neuf sites, et donc pas moins de 1 300 entreprises et 30 000 salariés sur plus de 1100 hectares.

Certains parcs d’activités de la métropole sont vieillissants. Neuf d’entre eux, pour la plupart aménagés dans les années 1970, voire 1960, nécessitent particulièrement d’être « redynamisés » pour retrouver leur attractivité et renforcer leur capacité d’accueil. En s’appuyant sur les compétences les plus reconnues de la MEL, l’idée est d’améliorer l’aménagement des voiries et des modes doux sous forme de pistes cyclables et d’accès piétonniers, de revoir la signalétique urbaine, ou encore de travailler collectivement sur la sécurité. Cette politique consiste aussi à repenser l’offre de services aux entreprises et aux usagers, à identifier des fonciers et immobiliers mutables afin de les proposer à des entreprises en recherche de nouvelles localisations et à favoriser la mutualisation des ressources et services.

Communes et entreprises : une implication de tous les acteurs

Les axes d’intervention, identifiés par un premier diagnostic, sont développés pour répondre aux besoins et aux attentes des utilisateurs. Une telle démarche de remise à niveau des espaces publics implique tous les acteurs des espaces. Les comités de parcs permettent de définir et coordonner les plans d'action mis en œuvre jusqu'en 2020. Les premiers d'entre eux se sont d'ailleurs tenus de juin à octobre 2018. Regroupant les entreprises, propriétaires ou locataires, les associations d'entreprises et les communes concernées, ils ont pour objectif d'aboutir à davantage de compétitivité et d’attractivité, pour le bénéfice des entreprises et des salariés. Les neuf parcs concernés sont répartis sur l’ensemble du territoire et vingt-quatre communes sont déjà engagées dans cette volonté de redynamisation. Des travaux ont déjà été réalisés dans certains d’entre eux.


Parc de la Lainière

Secteur : Roubaix – Wattrelos

Sur 33 hectares, la Lainière poursuit son histoire économique pour se transformer en un quartier d’activités attractif et durable. Située sur les villes de Roubaix et Wattrelos, à proximité immédiate de la Belgique, la Lainière est desservie par le boulevard historique de la Laine et les grandes voies d’accès de l’Eurométropole. Le site accueillera des PME-PMI, des activités de petites et moyennes productions, des activités industrielles, artisanales, tertiaires et de commerce de gros, mais aussi des logements, avec l’ambition de développer l’économie et l’emploi local. La Lainière s’inscrit dans les objectifs de la « Charte des parcs d’activités du XXIème siècle » de la MEL qui promeut un aménagement économique durable, prenant en compte les impératifs de mobilité, de performance énergétique et de production d’énergies renouvelables. La charte garantit notamment un maillage avec l’environnement urbain et économique du site, un traitement qualitatif de la mixité des fonctions, un lien avec la trame bleu, un usage des modes doux… Parmi les premières réalisations : la Maison du projet, le premier bâtiment français « Cradle to Cradle », est conçue pour n’avoir aucun impact sur son environnement.


Porte Métropole Sud

Secteur : Seclin – Templemars – Vendeville – Lesquin

Le territoire d’activités et d’emplois de la Porte Sud de la Métropole dispose de capacités de développement et d’une offre importante de terrains à aménager. Ce potentiel confirme sa dimension stratégique pour le développement économique dans la métropole lilloise. Partant de ce constat, il y a lieu de définir et de mettre en œuvre un projet d’aménagement et de développement ambitieux sur ce territoire, dont la visibilité et l’attractivité à l’échelle nationale et internationale doivent être renforcées. Le périmètre opérationnel à l’étude tient compte des parcs d’activités existants (Zone Industrielle Seclin, zone commerciale UNEXPO, Parc d’activités de Templemars, Centre Régional des Transports (CRT), Parc du Mélantois…), en développement (Seclin A1 Est, Lil’Aéroparc), ainsi que les potentialités de développement au cœur de ce périmètre :

  • au nord par les opérations de Faches-Thumesnil et de Lesquin ;
  • à l’est par le CRT ;
  • à l’ouest par la ZI de Seclin ;
  • au sud par la zone commerciale Epinette/UNEXPO et par le développement de Seclin A1 Est.