Mode doux

Mode doux

Les « modes doux » ou « modes actifs » sont des modes de déplacement alternatifs aux modes de déplacement motorisés : marche à pied, vélo, trottinette, rollers, skateboard, gyropode…

Ils sont qualifiés de modes « doux » car ils ne génèrent pas d’émissions polluantes dans l’air, ou de modes « actifs » car ils renvoient à l’activité physique des personnes. Lorsqu’ils sont employés au quotidien, ils agissent donc en faveur de l’environnement et de la santé.

En se combinant avec d’autres modes de déplacements alternatifs (transports en commun, covoiturage, véhicules électriques etc.), ils contribuent plus largement à améliorer le cadre de vie des habitants. Qu’on les nomme « doux » ou « actifs », ces modes de déplacement engagent donc les citoyens et les institutions dans une mobilité efficace, économe et durable.


Le vélo

Un objectif fondamental du PDU 2010>2020 de la MEL est de réaliser en 10 ans une Métropole cyclable exemplaire. Il s'agit de démocratiser l'usage du vélo en l'articulant aux transports collectifs et en quintuplant son usage.

Pour que le vélo devienne un mode déplacement à part entière, il est indispensable d'assurer le confort et la sécurité des cyclistes.

Les actions de la MEL en faveur du vélo 

Déploiement du réseau cyclable et apaisement des conditions de circulation sur le territoire métropolitain

Entretien du réseau cyclable existant, et d’ici 2020 réalisation de plus de 600 kms de grands axes interurbains, de boulevards, de chemins de halages et d’anciennes voies ferrées pour le vélo. Le PDU 2010-2020 prévoit également 2 400 kms de voirie à vitesse apaisée sur l’ensemble du territoire.

Renforcement du stationnement vélo

Afin de répondre aux besoins d’un stationnement accessible, couvert et sécurisé, la MEL a aménagé 28 abris vélo automatisés aux proches abords des stations de transport en commun de métro et tramway. Pour les compléter, 1 000 arceaux vélos ont été déployés dans les communes de la métropole à proximité des arrêts de tramway, métro et de Liane.


Le service V’lille

Depuis 2011, la MEL propose un système de vélos en libre-service, les V’lille, une offre globale combinant le vélo en libre-service et le stationnement des vélos personnels en connexion avec le réseau ilévia.


La marche

La MEL souhaite faire de la marche à pied le premier mode de déplacement métropolitain à l’horizon 2020. Les atouts de la marche sont nombreux : c’est un mode plus écologique, plus économique et plus accessible socialement. La marche participe également aux enjeux de santé publique (prévention des maladies telles que l’obésité et le surpoids, entretien de la forme pour ceux qui la pratique régulièrement) et demeure un formidable outil d’appropriation de la ville, des lieux, places,  quartiers par les usagers.

Les actions de la MEL en faveur de la marche 

Apaisement des zones de circulation pour les piétons

Pour que la ville soit « marchable » elle doit offrir des continuités entre ses quartiers tout en diminuant l’impact de coupures urbaines. La MEL gère et entretient donc 2 700 km de voiries et 600 km de trottoirs le long des routes départementales, ainsi que de nombreuses passerelles et buses sur le territoire métropolitain.
 

Modération de la vitesse et aménagement de zones prioritaires

Afin de protéger les usagers vulnérables et encourager le partage des rues, la MEL aménage des zones prioritaires. Cela permet l’apaisement de la circulation urbaine, et donc l’amélioration des conditions de vie des métropolitains.
 

Mise en accessibilité du réseau de transports collectifs et de l’espace public

Conformément au PDU 2010-2020 et à la « loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005 »., la MEL a adopté un  schéma directeur d’accessibilité des services de transport (SDAT) en 2008, révisé en 2014. Afin de mieux prendre en compte les besoins spécifiques des usagers à mobilité réduite, elle travaille en collaboration avec la Commission Intercommunale pour l’Accessibilité (CIA) et Handipole, un service de transport à la demande est mis à la disposition des Personnes à Mobilité Réduite. Aujourd’hui, de nombreux aménagements ont été réalisés et 95% des bus sont accessibles, ainsi que le métro et le tramway.


Modes doux et écomobilité scolaire

L’enquête déplacements 2016 de la MEL montre que la pratique de la marche est en recul chez les jeunes lorsqu’ils se rendent à l’école. Comparativement à l’enquête de 2006, les 5/10 ans sont plus souvent passagers d’un véhicule et leur pratique de la marche est en recul. Le constat chez les 11/17 ans est quasiment identique, sauf qu’ils utilisent davantage les transports collectifs.

Depuis plusieurs années, la MEL développe et participe à des actions d’écomobilité scolaire, afin de renverser la logique du « tout automobile » au profit des modes doux, et ce dès le plus jeune âge.

En partenariat avec l’Association Droit au Vélo (ADAV), elle participe à des opérations telles que le Challenge Ecomobilité scolaire Hauts de France, le Challenge Métropolitain du Vélo ou encore l’accompagnement des Plans de déplacement établissements scolaires (PDES).

Elle organise également des journées de formation pour les animateurs de centres sociaux autour de la pratique du vélo, accompagne les communes pour le déploiement d’une signalétique dédiée aux pédibus, sensibilise à l’écomobilité scolaire via le réseau des bibliothèques A suivre etc.  


Lexique

Zones 30

La vitesse est réduite à 30km/h pour les véhicules. Pour inciter les véhicules à respecter cette zone de circulation apaisée, on y trouve des chicanes, ralentisseurs, plateaux, coussins et « double sens » cyclables.
Dans une zone 30, les piétons peuvent traverser où ils le souhaitent. Le marquage des passages piétons n’y est donc pas nécessaire.

Zones de rencontre

Dans cet espace partagé entre tous les modes, les piétons sont prioritaires et la vitesse des véhicules est contrainte à 20km/h. Le stationnement n’est autorisé que sur les emplacements prévus à cet effet.
Dans une zone de rencontre, les piétons sont aussi prioritaires. Toutefois, même sur un passage piéton, il faut rester prudents et s’assurer que le conducteur ait conscience de votre présence, avant de vous engager. Etre dans son bon droit ne protège pas de l’accident.

Aires piétonnes

Cette zone est réservée à la circulation des piétons. Les cyclistes y sont généralement admis, sous réserve que l’allure du pas soit respectée.