2017

Lire le discours du 15 décembre 2017

Mesdames et Messieurs, mes chers collègues,

 

Notre dernière séance de l’année vient de commencer et comme d’habitude, je vais prendre quelques minutes pour rappeler ce qui s’est passé dans nos communes et sur notre territoire depuis  le conseil du 19 octobre.

 

Avant toute chose, je voudrais féliciter Jean-Christophe Camart qui vient d’être élu, aujourd’hui, Président de l’Université de Lille qui verra officiellement le jour le 1er janvier prochain. Il prend ainsi la direction de ce qui va être la deuxième plus grande université de France. Je lui souhaite  - et aussi en votre nom -  toute la réussite dans ce nouveau projet, en espérant voir notre université compter parmi les meilleurs établissements européens d’ici quelques années.

 

J’étais hier au Comité Grand Lille pour parler Attractivité  du territoire. Oui, la Métropole bouge ; la métropole crée et elle crée des emplois. Et vous êtes tous, les élus avec les chefs d’entreprise, les ambassadeurs de la Métropole Européenne de Lille. Alors, je dois dire que cette rencontre  m’a confirmé, s’il le fallait, que nous étions sur la bonne voie : nous avons tous les atouts en main pour attirer investisseurs et nouveaux habitants.

 

En termes d’attractivité, la fibre est au premier plan. Il s’agit d’un sujet d’actualité et nous avons tous entendu le Premier ministre Edouard Philippe hier lors de la Conférence des Territoires annoncer le renforcement du plan numérique d’ici 2022. Nous, nous avons pris la main depuis des années déjà et nos engagements seront tenus : en 2020, tous les métropolitains auront un accès à un internet de qualité. Et nous avons inauguré une nouvelle armoire de raccordement installée par Orange. C’était à Wattrelos la semaine dernière et c’est donc à nouveau le signe que ce déploiement suit un calendrier qui ne prend aucun retard. Il est conforme à nos objectifs. Dans certains endroits nous serons même en avance. En tout cas, nous sommes en avance sur le programme national : voilà bien un vrai facteur d’attractivité !

 

Je veux aussi revenir sur un volet économique particulièrement riche avec les inaugurations de Vestiaire Collective et de La Chaufferie qui montrent, toutes les deux, la vitalité du site de l’Union. Vestiaire collective envisage de passer de 43 salariés à plus de 100 d’ici trois ans. Quant à La Chaufferie, elle constituera à n’en pas douter un pôle événementiel incontournable de toute la métropole.

Hier, à EuraTechnologies, nous avons inauguré le campus d’IBM que l’on peut qualifier, sous forme de boutade, de start-up centenaire. Et, excusez du peu, ce sont 300 emplois supplémentaires qui ont été annoncés par le Président d’IBM France. EuraTechnologies, ce sont 4000 emplois aujourd’hui. Je veux d’ailleurs saluer le travail de Martine Aubry et de Pierre de Saintignon.

J’ajoute que nous avons aussi participé à la première pierre de Lillenium, ce centre commercial d’un nouveau genre, au sein d’un quartier « Politique de la ville ». A ce sujet, il faut remercier l’ANRU et la Caisse des dépôts. Et dans deux ans, ce sont encore 900 nouveaux emplois qui verront le jour dans un quartier totalement transformé.

Enfin, j’ai été très heureux d’intervenir lors du challenge national de l’innovation - KiOz - organisé par GRDF à EuraTechnologies. Il s’agissait de mener un ensemble de réflexions que GRDF applique en interne, mais qui peut aussi, par sa créativité concerner notre métropole et d’autres entreprises.

Et quand nous parlons d’attractivité, ces cinq événements, ces nouvelles installations (j’aurais pu en citer beaucoup d’autres qui se sont déroulées depuis la rentrée) en sont la démonstration éclatante !

 

Vous le savez, le cadre de vie est un élément essentiel  quand les entreprises doivent choisir l’endroit où implanter leur nouveau site. Là encore, nous avons des atouts à faire valoir. Il y a notre dynamisme économique - je viens de l’évoquer - et il y a aussi nos politiques publiques et nos communes.

Côté logements, j’ai inauguré, avec les maires, des programmes qui concernent toutes les tranches d’âges de la population. Qu’ils soient destinés aux étudiants - (comme à Loos) ou aux séniors (comme à Bondues ou Lesquin), ils contribuent tous à l’amélioration de l’offre de logements sur notre territoire. Vous le savez, c’est un sujet extrêmement sensible et les enjeux sont multiples.

Ils relèvent de l’urbanisme, de la solidarité et de la protection de l’environnement… C’est d’ailleurs ce que j’ai souligné à Villeneuve d’Ascq, lors de l’inauguration de quelque 200 logements sociaux réhabilités avec une qualité architecturale extraordinaire. Il y a peu, tous les habitants voulaient partir : ce n’est plus le cas aujourd’hui. Voilà ce que peut réaliser un maire avec la MEL. Alors que le Gouvernement venait de réaffirmer sa volonté de lutter contre « les passoires énergétiques », nous renouvelons, nous aussi, notre parc de logements sociaux anciens.

 

Autre sujet, quels que soient nos villages ou nos villes, nous poursuivons le développement des équipements sportifs de proximité. Nous avons inauguré le terrain de football de Leers, le city stade à Emmerin et le boulodrome de Croix. Nous irons bientôt à Linselles.

 

Quelques mots maintenant sur les transports. (Nous devrons tout à l’heure nous prononcer sur la CSP et je ne lancerai pas le débat maintenant).

D’abord, je suis très heureux d’avoir inauguré la première borne de recharge pour les véhicules électriques à Gruson. C’est le signe qu’en matière de mobilité, les mentalités évoluent et que nous apportons de nouvelles réponses aux besoins de nos concitoyens.

Ensuite, le métro : nous avons-là un équipement qui a fait la renommée de notre savoir-faire un peu partout dans le monde. Et je pense aux premiers designers qui ont imaginé nos rames.

Je veux simplement rappeler ce soir que nous avons inauguré les premiers contrôles d’accès à la station de métro Lille Europe. Permettez-moi de m’y arrêter un instant, parce que, finalement, c’est la concrétisation d’un engagement fort que nous avions pris tous ensemble au début du mandat.

Je le redis ici : 1 point de fraude, c’est 800 000 Euros de moins au chapitre des recettes ! Etendus aux 60 stations à l’horizon 2020, ces portillons nous permettraient de faire baisser la fraude de moitié ! Les deux entreprises qui ont répondu dans le cadre de notre CSP, affichent même, toutes les deux, un taux de 5% de fraude d’ici quelques années.

Enfin, ces nouvelles portes viennent également renforcer la sécurité des usagers, ce que tous les métropolitains nous réclament.

 

Mais c’est une évidence, pas d’attractivité sans grandes manifestations. C’est l’un des messages que j’ai portés à plusieurs reprises devant le Comité Grand Lille, et notamment lors de notre déplacement à Londres. Il y avait là toutes les personnalités de la Métropole et de la Région.

Depuis le début du mandat, ces grandes manifestations sportives, culturelles ou populaires n’ont cessé de se succéder.

Il faut évidemment revenir sur la Coupe Davis, les Coupes Davis, je devrais dire avec la demi-finale.  Et puis, pour ceux qui avaient la chance d’être là : quelle finale ! Quelle ambiance ! Et quel public ! Nous avons non seulement assisté à la victoire de l’équipe de France, mais nous aussi, nous avons marqué des points. Avec un stade et une salle que désormais tout le monde nous envie. Je ne résiste d’ailleurs pas au plaisir de vous lire le SMS que le Président de la Fédération de Tennis, m’a envoyé : « Merci à tous les élus de la MEL d’avoir construit ce stade qu’on avait idiotement qualifié de maudit. Il est devenu le plus grand stade de tennis du monde et pour nous le plus beau ». N’était-ce pas le plus bel hommage à vous rendre ? Et en votre nom, je remercierai chaleureusement le Président de la FFT.

Parce que cela permet de renforcer l’attractivité métropolitaine, nous sommes prêts à accueillir tous les événements. Et c’est ce que nous ferons de nouveau cet été, avec le retour du North Summer Festival, avec des stars pour nos jeunes et nos moins jeunes.

Je veux aussi remercier encore une fois et chaleureusement Vahid Halilhodzic. Il était, vous vous en souvenez, notre ambassadeur pour l’Euro 2016. Entraîneur de de l’équipe du Japon, il nous avait promis de faire venir la sélection nationale au Stade Pierre Mauroy. Il a tenu sa promesse et de quelle manière ! En attirant aussi le Brésil et avec Neymar !

 

Avant de conclure, un mot sur les deux trophées que nous avons reçus. Je pense que nous pouvons également les classer au chapitre de notre attractivité.

En novembre, la MEL a en effet reçu le Trophée de la meilleure Nouvelle initiative Open data pour les territoires, décerné par la Gazette des Communes; puis celui de la Commande publique, catégorie performance de l’achat, pour sa stratégie globale de dématérialisation profitant à tout le territoire. Je veux donc saluer le travail des élus, Madame Hélène Moeneclaey, Messieurs Alain Bernard et Akim Oural et j’y associe les services concernés.

 

Voilà ce qui s’est passé depuis notre dernière rencontre.

Vous le constatez, nos dossiers avancent. Nos projets, vos projets, prennent corps. On nous entend. Mieux : on nous écoute !

 

Avant d’en venir à nos débats, je vous rappelle le 50ème anniversaire de notre établissement public et la cérémonie officielle qui se déroulera le 25 janvier prochain.

Je vous présente le label que nous avons choisi pour nous accompagner tout au long de 2018. Mais nous aurons l’occasion d’y revenir…

Je vous remercie.

Lire le discours du 19 octobre 2017

Mesdames et Messieurs, mes chers Collègues,

Nous nous retrouvons aujourd’hui à une heure peu habituelle, je vous l’accorde, mais l’ordre du jour est particulièrement dense. En dehors du ROB, le Rapport d’orientation budgétaire, nous allons en effet discuter du PLU.
Et puis, comme vous le savez, j’accompagnerai demain à Londres une importante délégation du Comité Grand Lille pour notamment y rencontrer l’Ambassadeur de France, Jean-Pierre Jouyet. C’est un déplacement  extrêmement important puisqu’il s’inscrit, après le Brexit, dans le cadre du lobbying pour défendre notre candidature à l’accueil de l’Agence européenne des médicaments. Mais il s’agit surtout d’une opération de marketing territorial auprès de nos voisins britanniques. Nous y parlerons attractivité et rayonnement, deux objectifs majeurs de mon mandat !
Je vous remercie donc d’avoir bien voulu accepter cet ajustement dans vos emplois du temps en fonction de ces différents agendas.
***

Depuis juin, de nombreux événements ont marqué notre actualité. Je vais y revenir, tenter d’être bref, même s’il s’est passé beaucoup de choses ! Mais c’est, je pense, une façon très démocratique de présenter notre activité.

Permettez-moi tout d’abord de féliciter nos collègues qui ont été élus aux différentes élections :

Féliciter Eric Bocquet, Marc-Philippe Daubresse, Olivier Henno, Brigitte Lherbier, Frédéric Marchand, Dany Wattebled, tous élus aux Sénatoriales de cet automne. Ces élections auront un impact sur notre fonctionnement. Certains ont déjà démissionné de leur mandat dans notre exécutif et nous procèderons tout à l’heure à la désignation de 3 nouveaux Vice-présidents.

Il faut aussi saluer le nouveau maire de Noyelles-les-Seclin,  Henri Lenfant, qui siège désormais parmi nous, ainsi que notre collègue Didier Droart, qui a été élu Maire de Tourcoing en septembre.
Saluer enfin le nouveau Président du groupe MCU, Max-André Pick et signaler que les 5 élus de Marcq-en-Baroeul ont rejoint le groupe GIDEC.

***

Au chapitre des bonnes nouvelles, je voudrais d’abord évoquer le succès des grands événements qui ont eu lieu sur notre territoire cet été.
Je pense aux concerts de Céline Dion, de l’ONL, des Prodiges et aussi du North Summer Festival.
Vous le savez maintenant: le Stade Pierre-Mauroy est un équipement incontournable.
C’est d’ailleurs ce même stade qui accueillera une rencontre amicale de football Japon/Brésil le 10 novembre. Neymar - je l’espère ! - et ses co-équipiers vont donc fouler la pelouse de notre stade ! Et je veux remercier ici Vahid Halilhodzic, notre ambassadeur de l’Euro 2016 et entraîneur du Japon pour avoir fait venir ce test-match chez nous. C’est un honneur et un plaisir qu’il fait à notre métropole.
Enfin, bien sûr, il y aura aussi la finale de la Coupe Davis qui opposera la France à nos amis belges. Je peux vous dire que la billetterie marche bien et que nous aurons donc les 28 000 spectateurs à chaque fois.

Nous sommes également très heureux de la décision du Comité international olympique. Après la victoire de la candidature de Paris, nous sommes prêts à accueillir des supporters, des bénévoles, des sportifs, des épreuves…L’ensemble de nos équipes y travaillent. Nous serons la base  avant  des JO. Nous adopterons d’ailleurs ce soir une délibération pour lancer concrètement la réalisation de la piscine olympique métropolitaine, futur équipement qui s’inscrira dans notre stratégie d’accueil des équipes olympiques.

Sport encore ! Nous espérons être l’un des stades de la Coupe du Monde de Rugby en 2023. Notre équipement est un atout majeur pour la candidature de la France : c’est évidemment ce que j’ai souligné à Bernard Laporte que j’ai reçu en présence des joueuses du LMRCV (les championnes de France), il y a une quinzaine de jours.

Enfin, il faut souligner la très bonne fréquentation de nos espaces naturels pendant tout l’été,  avec 270 000 visiteurs entre le 1er avril et le 31 août : les 27 800 visiteurs supplémentaires par rapport à 2016, représentent une progression notable de 11% ! Et je veux remercier Jean-François Legrand.

Sur un autre registre, notre capacité à attirer de grands congrès s’affirme. Il s’agit de l’un des objectifs majeurs de notre nouvelle stratégie tourisme, et en particulier du tourisme d’affaire. En effet, depuis la rentrée, la MEL a reçu - notamment - le Congrès des Notaires, avec 4000 notaires présents à Lille, celui des Experts comptables et celui du Droit rural. Il faut également noter le 3ème sommet des Start’up à Euratechnologies qui vient reconnaître notre rôle de pionnier dans le domaine de la French Tech et notre écosystème. Et je salue Pierre de Saintignon chargé de ce dossier.

***

Mais au-delà du rayonnement, notre action porte évidemment sur le quotidien de nos concitoyens :

pour le développement de la culture, avec l’inauguration de la Ferme du Bocquiau, récemment à Haubourdin ou la Nuit des Bibliothèques. La délibération Rythme ma bibliothèque, que nous adopterons je l’espère ce soir, renforcera encore cet engagement de la MEL pour les communes, pour les accompagner vers l’élargissement des horaires d’ouverture des bibliothèques publiques municipales de notre territoire.
pour favoriser le sport pour tous. Nos fonds de concours fonctionnent à merveille. Ils permettent d’améliorer les équipements pour nos jeunes. Et la liste de la création de terrains synthétiques est longue  (Lomme, Baisieux, Don, Wattignies, Roncq, Wavrin ou Leers…). Elle sera encore plus longue dans les années à venir !

pour l’assainissement, dont Sébastien Leprêtre a la charge, avec cette nouvelle cathédrale qu’est le Bassin du Brondeloire, ou encore pour la voirie (à Erquinghem-Lys ou Marquette)…

Enfin, nous avions décidé de lutter contre la fracture numérique : avec vous, Monsieur le Maire d’Halluin - cher Gustave Dassonville - et avec la société Covage, avec aussi tous les maires aux alentours, nous avons posé le premier Nœud de raccordement optique (NRO) pour desservir, par la fibre, les 13 communes de la vallée de la Lys. Je rappelle que nous avons l’objectif de 100% du territoire en haut débit d’ici la fin du mandat : nous allons respecter nos engagements.

Sur le plan économique, les bonnes nouvelles et les avancées sont également nombreuses. Nous aidons les entreprises métropolitaines en les accompagnant sur tous les projets.
Ainsi, la MEL a signé un partenariat avec LEROY MERLIN et AVENTIM pour le futur siège social de l’entreprise. J’étais, fin septembre, avec les maires de Villeneuve d’Ascq (Gérard Caudron), Lezennes (Marc Godefroy), Lesquin (Dany Wattebled) et Ronchin (Patrick Geenens) mais le développement économique de la Borne de l’Espoir concerne toute notre métropole, tant le secteur économique est stratégique.
Octobre a vu aussi le lancement de Promenade de Flandres, un des plus grands projets de la MEL en termes d’emploi, puisque - excusez du peu - il y en a plus de 300 à la clef. Nous avons encore dans les yeux et les oreilles, ma chère Marie Tonnerre, le magnifique feu d’artifice qui a conclu cette inauguration !

Je veux encore souligner la « bonne santé » de notre site d’excellence numérique et images. En une semaine en effet, je suis allé à la Plaine Images, avec vous cher Guillaume Delbar, pour l’implantation de deux nouvelles entreprises : d’abord MadLab Animations, née de l’union entre Ankama et Médias participations ; puis pour Lylo Médias Group, une société spécialisée dans le doublage des séries. C’est une filière Made in Mel !

Enfin, nous avions décidé – aussi – d’aider l’agriculture et le maraîchage local : là encore, c’est en bonne voie, avec l’inauguration de la zone maraîchère de Wavrin où une quinzaine d’exploitants en reconversion sont désormais à pied d’œuvre.
A chaque fois, l’emploi est notre ligne directrice !

***

Dans quelques instant, notre Conseil va débattre de l’arrêt du PLU. Nous avons mené notre calendrier à un rythme forcé pour mener la révision probablement la plus ambitieuse du PLU intercommunal le plus vaste de France. Et le PLU2 sera la matrice réglementaire sur laquelle notre territoire va pouvoir s’appuyer.  Ce n’est pas rien !
Oser, voilà notre fil rouge.

***

Oser, c’est aussi ce que nous avons fait avec notre candidature pour devenir Capitale Mondiale du Design en 2020 ! C’était la première candidature française. C’est une première victoire collective !
Nous avons gagné notre pari. Et nous étions à Turin le week-end dernier pour recevoir notre titre des mains de la World Design Organization ! Je veux remercier tous ceux qui ont contribué à cette réussite, notamment Lille-Design et le Club d’Entreprises. Permettez-moi également d’avoir un mot particulier pour Caroline Naphegyi qui a porté cette candidature et à qui je renouvelle toute ma confiance. Je compte sur elle pour accompagner notre projet jusqu’au bout.
Je veux aussi remercier tous ceux qui nous ont soutenus dès l’origine, comme Xavier Bertrand, Jean-René Lecerf, Martine Aubry (et Didier Fusillier, avec Eldorado)
                           
Je vous invite maintenant à visionner quelques souvenirs de notre déplacement à Turin samedi dernier pour l’annonce officielle de notre titre de Capitale Mondiale du Design !

Nous avons gagné parce que nous avons présenté un projet original. Nous avons proposé un processus visant à déployer le design sur notre territoire plutôt que de montrer des résultats déjà acquis. Nous avons montré ce que nous pouvions faire à l’échelle de notre Eurométropole et en associant tous les acteurs, tous nos partenaires et aussi les plus grandes écoles du design de notre région (comme Rubika à Valenciennes). C’est un projet pour l’avenir !

En tant que Président de la Métropole, mon projet est de faire entrer le design dans toutes nos politiques publiques, sans mobiliser de budget pharaonique. 
Alors chers collègues, je vous invite tous à vous inscrire dans cette démarche design.
Car l’autre force de notre candidature, c’était son côté collectif. Comme pour le sport, comme pour les jeux olympiques, nous allons nous mobiliser pour fonder une nouvelle dynamique  Made in MEL  avec un objectif central, celui de la création d’emplois !
L’expérience commence donc aujourd’hui. Nous avons deux ans devant nous pour lancer nos initiatives, expérimenter nos idées et réaliser nos premières transformations. 2020 sera l’année des déploiements et du partage.

***
Enfin, tous ensemble, toute la MEL travaille sur le  cinquantième anniversaire de la Communauté urbaine. 2018 sera une année avec de nombreuses festivités, des expositions,…

Je vous invite donc d’ores et déjà à retenir la date du 25 janvier 2018 à partir de 19h : ce sera La soirée officielle  et le lancement des 50 ans de la Métropole!
Nous aurons l’occasion d’en reparler au prochain Conseil.


Mesdames, Messieurs, Mes chers collègues, je vous remercie de votre attention.

Lire le discours du 10 février 2017


Mes chers collègues,

Je voudrais commencer cette séance en ayant une pensée bien particulière et chaleureuse, pour notre collègue et amie Valérie Six.

Fort heureusement les dernières nouvelles sont très rassurantes ; Nous lui souhaitons un prompt rétablissement et nous lui témoignons toute notre sympathie et notre estime. Et qu’elle revienne très vite parmi nos rangs.

La période des vœux s’est achevée et j’ai eu l’immense plaisir, cette année encore, de partager d’agréables moments avec la population lors de mes nombreux déplacements et ce, dans de nombreuses communes de notre Territoire.

J’y arriverai, je me suis engagé à faire le tour des 90 communes au cours du mandat en rencontrant tous les Maires et les Métropolitains « sur le terrain ».

C’est aussi l’occasion pour moi, de comprendre vos attentes et celles de vos habitants.  Je suis souvent sollicité par les Maires, c’est quasiment une liste au Père Noël. Comme vous le savez, nous faisons notre possible pour y répondre, en y attachant l’intérêt de tous… bien évidemment, dans les limites de nos compétences et dans le contexte budgétaire contraint que vous connaissez tous.

 

Durant le mois des vœux, j’ai également présenté des engagements concrets au Monde Economique, comme je l’avais fait pour l’accessibilité de notre Métropole lors des Assises des Mobilités en septembre dernier. Je remercie l’investissement de nos Elus, Olivier Henno et Frédérique Seels. Je les remercie vivement de m’accompagner avec autant d’énergie et d’enthousiasme pour le développement économique de notre Territoire et surtout de nos emplois. Nul doute, et vous le savez, que le Développement Economique est à la fois « essentiel » et à la fois « primordial » pour marquer notre dynamisme, notre rayonnement et surtout notre attractivité.

Lors de ces vœux, j’ai annoncé officiellement, que la Métropole Européenne de Lille, se porte candidate au titre de Capitale Mondiale du Design en 2020. Cette candidature – Porteuse d’évènements Grand Public – permettra de mettre en avant et de fédérer, toutes, je dis bien toutes, les initiatives Design des acteurs publics et privés, et ils sont nombreux, de notre Territoire.

Après Helsinki, Le Cap, Taipei et Mexico, nous allons porter notre dossier pour que la Métropole Européenne de Lille, figure sur la carte mondiale des Territoires mettant en valeur TOUS les atouts du Design.

La véritable opportunité, vous le savez, est à la fois pour le développement économique de notre Métropole, et à la fois pour le développement touristique puisque l’exemple du Cap est assez intéressant, car elle a été classé n°1 des villes à visiter en 2014 grâce à ce titre.

Pour convaincre et remporter ce challenge, nous avons toutes nos chances – la mobilisation du public et du privé devra être intense et collective.

J’ai le souhait également que notre Territoire soit reconnu pour ses qualités d’Innovations et ce, dans tous les domaines. Je pense notamment au secteur du Numérique. Vous le savez, le numérique c’est  40 000 emplois dans la Métropole et avec l’objectif très clair d’atteindre les 70 000 emplois à horizon 2024.

D’ici quelques temps, nous vous proposerons avec Pierre De Saintignon les MEL French Tech tickets pour attirer plus de start-ups internationales. D’ores et déjà avec le dispositif national, je veux revenir sur deux beaux exemples de l’attractivité de notre Ecosystème :

    Trois Start-up internationales – dans le cadre des French Tech Tickets - ont été accueillies dans les incubateurs des sites d’Excellence de la MEL.  2 start-up à la Plaine images et 1 à EuraTechnologies.

Ce dispositif, comme vous le savez, permet aux projets internationaux de se développer en France.

    2ème exemple : Victime de son succès, la Plaine image a inauguré un nouveau bâtiment. Ce nouveau bâtiment appelé « le LINK » double sa surface et lui permet ainsi que répondre à toutes les demandes.

Ce qui est fabuleux c’est que déjà 88% du bâtiment est déjà rempli par nos pépites et start-ups. 

 

Ce début d’année est également marqué par l’élaboration du SCOT. Nous avons recueilli vos avis et commentaires ; je vous en remercie puisque cela a permis un vote en toute sérénité en ce début après-midi à l’unanimité.

Je te félicite mon Cher Marc-Philippe pour ton investissement constant sur ce dossier. Ce document définit nos Grandes Orientations d’Aménagement pour notre Territoire dans les 30 prochaines années. Nous allons maintenant passer une étape avec l’arrêt du Projet du Plan Local d’Urbanisme, prévu pour cet été et qui doit permettre de concrétiser nos projets tant attendus par les Maires qui composent la MEL.

Vous connaissez ma volonté d’agir sur l’ensemble de notre Territoire, qu’il soit situé en milieu urbain, rural ou encore dans les quartiers prioritaires au titre de la Politique de la Ville.

En décembre dernier, j’ai d’ailleurs rencontré Monsieur Nicolas Grivel, Directeur général de l’ANRU pour évoquer avec lui, les différents dossiers sur les quartiers NPRU. Nous lui avons présenté les opérations à lancer en 2017 et pour lesquelles, il nous fallait une autorisation anticipée de l’ANRU. Là aussi je remercie Francis Vercamer pour son implication sur ce dossier, que nous préparons notamment le prochain Comité d’Engagement qui se tiendra dans les prochains mois.

 

Enfin, nous voulons résolument marquer le positionnement de la MEL comme le Territoire où il fait bon vivre !

Bon Vivre et bien sûr… , c’est le sujet du moment, Bien Respirer ! C’est là aussi une de mes grandes volontés et préoccupations majeures. C’est une question de santé publique. Car améliorer la vie des métropolitains c’est bien mais mettre en place des actions concrètes  pour préserver leur santé c’est indispensable !

Il y a quelques jours, vous le savez, nous avons vécu un pic de pollution particulièrement intense et durable. J’ai rarement connu une situation où nous avons 10 sur une échelle de 10.

Durant les trois jours les plus critiques où la pollution atmosphérique était à son plus haut niveau, j’ai décidé pour la première fois dans l’histoire de notre collectivité, d’activer le SEUL, je dis bien le seul dispositif prévu dans le cadre de la DSP Transports, à savoir le « ticket pollution ». Vous le savez dans la délégation de service public actuelle, il n’y a pas de gratuité prévue en cas de pollution.

Ce dispositif invite les usagers à acheter un ticket de transport, au prix de 1.60€, pour un nombre de trajets illimité dans la journée.

Sachez que nous reconduirons – sans hésitation – ce dispositif du ticket pollution afin d’encourager, parce que c’est bien ça, il faut changer les mentalités, nos concitoyens à utiliser les transports en commun pendant les pics de pollution mais aussi tout au long de l’année. 

 

Avec Monsieur le Préfet Lalande, nous échangeons régulièrement afin de trouver des  solutions pérennes. Car c'est une évidence : nous ne cesserons d’être confrontés à ce problème de santé publique et seules des actions concrètes de fond et sur le long terme nous permettrons de réellement améliorer la qualité de l’air respiré par tous.

Christiane Bouchart nous présentera ce soir une délibération pour étudier la mise en place de cette zone de circulation restreinte, ZCR. Je propose aujourd’hui que cette étude de notre ZCR soit étendue à l’ensemble du territoire métropolitain, et non pas aux 7 ou 11 communes qui étaient préfigurées. La délibération proposée ce soir prend en compte cette volonté comme nous en avons débattu ce matin tout groupe confondu.

Comme je le répète souvent et comme j’en suis convaincu la pollution n’a pas de frontière. Pas de frontières avec la Belgique, pas de frontière avec la Région Hauts de France. D’ailleurs, lors de la dernière Assemblée de l’Eurométropole, j’ai initié ce débat qui ne s’arrête pas au périmètre de la MEL.

Cette étude doit définir un périmètre mais aussi devra définir son fonctionnement : sa durée, ses horaires mais aussi ses dérogations,…

Elle devra aussi définir les mesures d’accompagnement et de compensations pour tous les métropolitains qui ont des véhicules de plus de 15 ans. C’est à dire les véhicules qui ont une vignette CRIT’AIR catégorie 4 et 5.

Enfin, sachez aussi que j’ai décidé de solliciter les citoyens en parallèle de nos travaux puisqu’une concertation sur la ZCR sur notre nouvelle plateforme de participation citoyenne sera mise en ligne la semaine prochaine pour que l’ensemble des métropolitains puissent participer et échanger des idées.

C’est évident que nous devons rendre la MEL plus citoyenne et donc d’offrir la possibilité à nos citoyens de co-construire avec nous nos politiques publiques. Je pense que ce sujet les mobilisera en nombre puisque ce sujet nous concerne tous.

La pollution ne concerne pas uniquement la circulation des automobilistes mais elle concerne aussi bien évidemment celle des poids lourds, elle concerne aussi les problématiques de chauffage ou encore celle liées aux industries les plus polluantes. Il s’agit donc bien d’une prise de conscience collective et d’un changement de comportement de tous.

Nous discuterons donc tout à l’heure sur notre vision commune pour une définition de la Zone de Circulation Restreinte.

Aujourd’hui, l’Etat envisage la mise en place de deux dispositifs lors des pics de pollution :

    une circulation différenciée, les « fameuses » vignettes Crit’Air qui classent les niveaux de pollution des véhicules.  Et force est de constater qu’il faut communiquer pour que les citoyens acquièrent leur vignette ;
    une circulation alternée, c’est-à-dire paire ou impaire, selon les numéros de plaque d’immatriculation.

Je ne suis pas favorable à la circulation alternée puisqu’elle présente l’inconvénient de sanctionner arbitrairement un véhicule sur deux et surtout empêche de circuler des véhicules non-polluants.

Nous devons donc aussi dès à présent inciter la population à acheter des vignettes CRIT’AIR puisqu’elles sont conseillées lors des prochains pics de pollution et deviennent indispensables pour nous permettre de mettre en place encore plus vite la circulation différenciée.

Sans transition, mon Cher Alain, je te passe la parole pour la présentation du BP 2017, un budget serein, limpide, vivable et respirable.

 Je vous remercie de votre attention.

2016

Lire le discours du 15 décembre 2016

Mes chers collègues,

Je suis très touché par vos différents gestes d’attention.

Je voudrais ouvrir cette séance en accueillant nos nouveaux collègues. Quand je vois le talent avec lequel Michel DELEPAUL a présidé, j’ai peur pour les échéances des prochaines années. Merci Michel, tu as été Président pendant près d’une heure et ce sera dans les annales.

Je vais inviter les cinq maires qui nous rejoignent à se lever pour leur souhaiter la bienvenue.

Bienvenue donc à Michel DELEPAUL, Maire de Bois-Grenier, Michel BORREWATER, Maire de Le Maisnil, Loïc WOLFCARIUS, Maire de Radinghem-en-Weppes, Jean-Gabriel MASSON, Maire de Fromelles, Alain LECLERCQ, Maire d’Aubers.

Il y a aussi trois petits nouveaux qui nous rejoignent : Caroline SOINNE de Wasquehal, Gauthier DESPLANQUE d’Halluin et Annie LEYS de Wattignies.

 

Chers amis, je veux bien évidemment vous remercier très sincèrement pour la marque de confiance que vous venez de me renouveler après deux ans et demi de présidence de la Métropole.

Quand je vois les chiffres, ça fait un peu frémir mais cela montre tout le travail accompli.

Je ne suis pas insensible à la dimension personnelle de cette réélection mais j'y vois surtout l'expression de notre, de votre volonté de poursuivre, ensemble, dans la voie que nous avons tracée depuis le printemps 2014. Soyez assurés de toute ma détermination pour que nous conservions, par-delà les difficultés et les obstacles, cette recherche permanente du consensus qui donne à nos décisions et à nos projets, la force de l'intérêt général.

Je veux remercier une nouvelle fois Michel DELEPAUL, le Président de la communauté de communes des Weppes, pour les mots qu'il a eus à mon égard mais aussi pour son témoignage de ce qui a décidé les cinq Maires des communes d'Aubers, de Bois-Grenier, de Fromelles, de Le Maisnil et de Radinghem en Weppes, de faire le choix de rejoindre la Métropole Européenne de Lille.

Leur choix est bien évidemment un encouragement à poursuivre dans notre mode de faire mais constitue aussi une exigence supplémentaire pour répondre aux attentes de leurs habitants au même titre que celles de l'ensemble de nos concitoyens.

Vous l’aurez compris, cette étape institutionnelle n’est qu’une transition. Le maître mot est la continuité du travail entrepris depuis deux ans et demi.

Notre établissement poursuit ainsi sa mutation au cours d'un mandat que je n'ai pas hésité à qualifier d'historique, historique puisque nous avons cette transformation de communauté urbaine en Métropole Européenne de Lille au 1er janvier 2015 accompagnée d'une première série de nouvelles compétences et nous voilà à l'aube d'une nouvelle étape dans ce que la loi a appelé "l'affirmation des métropoles".

Pour la première fois de son histoire, notre territoire va s'agrandir. Nous sommes désormais une intercommunalité à 90 communes et de ce point de vue, la métropole la plus grande de France. Demain plus qu'aujourd'hui, je serai le garant de la place des maires dans notre gouvernance et de l'attention qu'élus et services métropolitains auront à porter aux spécificités de chacune de nos communes.

Cette responsabilité est d'autant plus grande que notre métropole est plus forte. Nos compétences continuent de s'accroître : voirie départementale, tourisme mais aussi de nouvelles compétences sociales avec le fonds de solidarité logement et le fonds d'aide aux jeunes en difficulté.

La métropole est plus que jamais l'acteur majeur de son territoire en ce qu'elle est devenue l'autorité organisatrice de toutes les politiques structurantes, toutes les politiques structurantes. Ici encore, je ferai en sorte, avec vous, d'assumer cette responsabilité avec toute l'exigence et la rigueur qu'elle requiert.

Enfin, notre métropole, c'est aussi une administration qui s'agrandit. Au cours de l'année 2017, nous accueillerons 140 agents supplémentaires dans le cadre de ces transferts et fusion pour former une entité de 2877 fonctionnaires. Jamais notre établissement n'aura été aussi important.

Je veux, en votre nom à tous, souhaiter la bienvenue à l'ensemble de ces agents qui nous rejoindront dans les prochaines semaines et leur dire qu'ils trouveront ici toute la place qu'ils méritent. Je sais que notre directeur général des services y a veillé tout particulièrement.

Je veux aussi à travers lui remercier l'ensemble des agents de la métropole qui ont accompli, cette année encore, une année exceptionnelle à la hauteur de nos ambitions. J'aurai l'occasion de leur dire au moment de la cérémonie des vœux aux personnels du 13 janvier mais je souhaitais aujourd'hui leur témoigner ma reconnaissance pour l'ensemble du travail réalisé depuis maintenant deux ans et demi. J’associe bien évidemment l’ensemble des fonctionnaires et l’ensemble de mon Cabinet et mon assistante Cédrine.

Une collectivité publique comme la nôtre est bien le fruit d'une collaboration fructueuse entre des élus, un exécutif et une administration. C'est par la qualité de ce dialogue intelligent que nous pouvons exercer, en confiance et avec ambition, notre responsabilité politique.

Plus grande, plus forte et plus proche, la Métropole Européenne de Lille a vocation à exercer pleinement ses nouvelles responsabilités. Elle le fera aussi en sachant s'inspirer de l'exigence que nous avons démontrée depuis le début de ce mandat.

Je suis heureux que la presse ait relayé quelques-unes de nos décisions difficiles mais courageuses car je souhaite que chacun entende que nous ne subirons aucune pression de quiconque. C'est aussi par cette expression de fermeté que nous saurons défendre les intérêts de notre population et de notre territoire, notamment en sécurisant nos appels d’offres et en négociant les meilleurs services aux meilleurs coûts.

C’est, j’en suis sûr, par cet exercice de responsabilité et de transparence que nous serons dignes de la confiance accordée par nos concitoyens.

Cette exigence est aussi la traduction d'une gestion financière rigoureuse. La période est rendue difficile par les diminutions des dotations de l'État mais aussi par les effets cumulés d'une crise économique longue.

Aussi, nous devons chaque jour veiller à la qualité de notre situation budgétaire et à notre capacité à maintenir une prospective financière capable de faire en sorte que notre métropole demeure, d'abord et avant tout, une intercommunalité d'investissement.

Cet objectif est naturellement fondamental pour l'ensemble de nos communes mais il l'est tout autant pour que nous sachions préserver un marché économique où la puissance publique continue à créer les conditions de la croissance et de l'emploi, notamment grâce aux bâtiments et aux travaux publics.

Mais ne sous-estimons pas la rigueur de cet exercice, cher Alain [BERNARD]… Elles le sont d'autant plus que je vous renouvelle ici mon engagement de ne pas augmenter la fiscalité de notre établissement jusqu’à la fin de mon mandat. C'est en quelque sorte la marque de notre responsabilité à ne pas rendre la situation plus difficile encore pour nos concitoyens et pour l'ensemble des acteurs économiques de notre territoire.

Cette rigueur vient aussi servir notre ambition, notre vision, mon cher Rudy [ELEGEEST]. Entre 2014 et 2016, la MEL a engagé 1 milliard d’euros de dépenses en équipement sur le territoire au profit de ses communes.

Je l'ai dit, ce mandat sera aussi celui des grands projets. En un peu plus de deux ans, nous avons installé la métropole dans cette dynamique :

- création de nouveaux sites d’excellence avec Euralimentaire et Blanchemaille ;

- déploiement du Très haut débit dans l’ensemble des communes et pas uniquement dans les zones plus rentables pour les opérateurs ;

- mise en place des fonds de concours Sport et Culture avec un véritable effet de levier puisqu’en injectant 15 millions d’euros pour chacun, ce sont 100 millions d’euros qui seront investis ;

- création de la nuit des bibliothèques ;

- mise en place de nouvelles tarifications sociales dans les transports et dans la distribution d’eau potable ;

- projets de nouvel axe structurant notamment la nouvelle ligne de tramway entre les gares de Lille et l’aéroport de Lesquin ;

- nouveau Quartier du ballon, des projets d’urbanisme extrêmement importants : Fives Cail, Saint Sauveur, de nombreux projets dans les communes ;

- nouvelle piscine olympique ;

- extension de nos espaces naturels ;

- déploiement de bornes de recharges électriques dans chacune de nos communes ;

- multiplication des grands événements et lancement d’un nouveau festival d'été ;

-  lauréat du PIA Jeunesse ;

- nouveaux labels comme « French Tech » et nouvelles expérimentations comme celle du « territoire zéro chômeur longue durée » …

Je pourrais continuer cette liste à la Prévert tant notre travail commun a été fantastique ces dernières années.

La seconde partie du mandat ne fera pas exception. De nouveaux défis nous attendent désormais dans le domaine des transports, dans celui de l'énergie, dans l'espace rural, dans les quartiers de la politique de la ville, en matière d'aménagement mais aussi de développement économique et de sécurité.

D'ores et déjà, je veux prendre date avec vous pour engager les réflexions nécessaires :

- pour créer l’expérimentation sur cette police intercommunale des transports ;

- pour installer une « Maison du développement économique et de l'attractivité » (MDEA), dans l'esprit d'une véritable agence de développement économique en réunissant les services de la métropole, ceux de la chambre de Commerce et d'industrie et de Lille's Agency;

- relancer l’extension de l’ensemble de nos parkings relais complétement saturés ;

- associer davantage nos concitoyens à la vie de notre métropole ;

- développer un réseau de chaleur, une nouvelle compétence de la métropole…

Ces nouveaux projets appelleront, en effet, une concertation plus intense, une gouvernance qui mérite d’être encore plus collective. Je compte sur la mobilisation de vous tous pour les mener à bien. Nous aurons aussi à adapter notre gouvernance pour partager davantage encore nos grandes décisions. Ainsi, j’inviterai aussi à l’avenir les présidents de groupe de la majorité à siéger aux réunions de Bureau. Nous renforcerons, par là même, l'esprit de consensus qui fait notre marque de fabrique.

Il reste qu'un président seul, même porté par la plus grande détermination et par le plus fort engagement, ne peut rien. Je suis fondamentalement un homme d'équipe. Elle est pour moi la traduction de notre intelligence collective.

La transition vers le second point de notre ordre du jour est toute faite puisque notre maison a besoin d'un exécutif compétent, des meilleurs hommes, des meilleures femmes aux meilleurs postes, solidaires et engagés. La proposition que je vais vous faire va dans ce sens. Elle traduit une vraie continuité du travail accompli, marque toutefois quelques ruptures pour s’inscrire dans le nouvel élan que je souhaite donner à la seconde partie de ce mandat.

Ce nouvel exécutif accueillera un représentant de la communauté de communes des Weppes suivant l’usage républicain dans le cas d’une fusion entre deux communautés. J’en suis heureux. Tout comme je me félicite d’y accueillir aussi un nouveau représentant du groupe GIDEC. Au terme de deux années et demi de mandat, mon cher Francis DELRUE, nous avons pu mesurer combien nos convergences étaient plus importantes que nos divergences de 2014. Je m’en réjouis ici.

Enfin, conformément à la priorité donnée à l’économie et à l’emploi, j’ai décidé de conduire moi-même cette compétence de stratégie et de développement économique, avec le soutien d’un nouveau Vice-président et d’un conseiller délégué et en conservant la lettre de mission de Pierre DE SAINTIGNON.

Mais je ne souhaite pas achever ces quelques mots sans vous remercier à nouveau, toutes et tous, pour les échanges que nous partageons chaque jour et pour la confiance que vous avez mise dans notre capacité à donner du sens et une réalité à notre engagement politique.

Je ne doute pas qu'au regard des échéances électorales à venir de cette belle année 2017, cette capacité à agir, par-delà les oppositions, sera reconnue et plébiscitée par tous.

Je vous remercie de votre attention.

Lire le discours du 2 décembre 2016

Mesdames et Messieurs les élus,

Mes chers collègues,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour notre dernier conseil à 179 membres et je vous rassure tout de suite, je suis toujours candidat pour le 15 décembre. Vous le savez, la fusion va nous obliger à revoter notre exécutif suite à l’arrivée de la communauté de communes des Weppes, dont je salue les 5 maires, et va modifier la composition de notre Conseil.

Lors de notre prochain conseil nous accueillerons 8 nouveaux membres mais ce soir c’est le dernier conseil pour 3 d’entre nous :

Je tiens à saluer chaleureusement François VERDONCK, notre collègue de la ville de Loos, qui ne siégera plus. Tout le monde sait que ton investissement et ton implication depuis 2008, puisque ce n’est pas ton 1er mandat, et notamment au sein des commissions Ecologie Urbaine et Mobilité et Accessibilité, ont été remarqués et appréciés par tous.

Deux autres conseillers effectuaient leur premier mandat et nous quittent également ce soir :

    il s’agit de Charlotte DEBOSCQUE, qui représentait les habitants de Mouvaux et s’est investie au sein des commissions Espaces Publics et Voirie et Rayonnement de la Métropole ;
    ainsi que Sauria REDJIMI qui a défendu les intérêts des Roubaisiens, notamment dans les commissions Développement Economique, Emploi, Recherche et Rayonnement de la Métropole.

Je les remercie tous les trois pour leur implication et leur souhaite bonne chance pour la suite de leur carrière politique.

Avant de nous atteler à l’ordre du jour, comme je le fais à chaque conseil, je vous propose de revenir sur l’actualité de la MEL depuis le dernier conseil.

 

    Rétrospective depuis le 14 octobre 2016

Premières concrétisations des délibérations adoptées au dernier conseil :

Nous n’avons pas arrêté depuis le 14 octobre !

Dans la continuité du vote de la CIET, nous sommes allés inaugurer à Roubaix à la résidence Saint-Jean 79 logements, avec une participation de la MEL de l’ordre de 600 000 €, à destination des plus précaires.

Comme vous le savez, le logement est une politique historique de la Métropole et un service majeur aux habitants. Il n’y a pas de préoccupation plus importante que celle de son logement et de son toit. Nous continuons de nous investir, notamment via le travail de Bernard HAESEBROECK, pour répondre aux 50 000 demandes de logement social faites chaque année.

Lors du dernier conseil, nous nous sommes également engagés sur le rebond industriel. Et avec Frédérique SEELS, notre collègue et désormais conseillère missionnée sur le sujet, nous avons rencontré Philippe VASSEUR le 10 novembre, à l’Union, et nous avons échangé pour établir un plan d’actions partagé, avec des solutions concrètes et efficaces pour attirer et relocaliser des activités industrielles.

Nous avons aussi officialisé les choses en matière d’aménagement numérique. La délibération actant la proposition de Covage pour les 13 communes de la Vallée de la Lys a été adoptée et nous avons signé le 9 novembre ici-même une convention avec cet opérateur.

Nous en avons profité pour signer avec Orange le plan de substitution sur 57 villes du territoire.

La MEL est vraiment exemplaire sur ce dossier et la mobilisation de tous a été reconnue nationalement. Je suis d’ailleurs allé présenter notre action avec Akim OURAL à Paris au forum de l’AVICCA (Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel) pour rappeler les ambitions de réduire la fracture numérique et d’avoir l’ensemble du territoire couvert à l’horizon 2020.

Orange tient ses délais, Covage va démarrer en 2017, nous restons extrêmement vigilants sur ce dossier et les délais ! Mais, vous le voyez, là-aussi on avance !

 

La MEL toujours au service des habitants et des entreprises du territoire

Bien d’autres événements sont venus rythmer la vie métropolitaine depuis ces deux mois.

Le 21 octobre, nous avons été la première métropole à signer un contrat d’objectif territorial avec l’ADEME. Cet engagement pour le climat va nous apporter 450 000€ d’aides de l’ADEME. Tout cela pour engager des actions concrètes, notamment sur l’isolation énergétique, la politique cyclable ou encore la réhabilitation de nos friches industrielles et nous faciliter l’accès à d’autres financements. Je remercie Christiane BOUCHART pour son investissement sur le dossier. Elle est malheureusement souffrante et je lui souhaite un prompt rétablissement.

Nous avons aussi eu deux temps fort sur la politique de la Ville :

    Tout d’abord en signant le protocole de l’ANRU, le 2 novembre dernier,
    Puis en officialisant le PIA jeunesse le 14 novembre.

C’est ça aussi la culture de la recette : puisque 4,6 millions d’euros pour l’ANRU, 5,7 millions d’euros pour le PIA. Avec la mobilisation de la MEL, des communes et de nos partenaires, cela va nous permettre d’investir massivement dans l’ensemble de ces quartiers et pour ces jeunes, tous les jeunes. Il faut impérativement réduire ces inégalités en termes de transport, développement économique ou emploi.

La métropole et aussi particulièrement deux villes, Loos et Tourcoing, ont été retenues la semaine dernière par le Ministère du travail pour engager l’expérimentation « territoire zéro chômage de longue durée ».

Je tiens à nouveau à saluer l’implication de tous les acteurs et notamment mon vice-président Francis VERCAMER sur cette problématique.

Pour rester sur la thématique des jeunes, j’ai eu le plaisir d’inaugurer la nouvelle bibliothèque ou le learning center de l’Université Lille 1. Un équipement pensé spécialement pour la réussite des étudiants mais aussi des chercheurs qui disposent de meilleures conditions pour développer leurs projets. J’étais moi-même étudiant de Lille 1 et je me souviens de la vielle BU avec des tiroirs en bois. Je pense me ré-inscrire en Master pour étudier dans ces conditions magnifiques.

Et c’est d’ailleurs dans ce learning center que nous nous sommes retrouvés avec Martine AUBRY et Nicolas LEBAS la semaine dernière pour soutenir le dépôt d’une nouvelle candidature IDEX, centrée sur la santé, l’environnement, le digital. L’Université Lille Nord Europe est unie et peut également compter sur le soutien des pouvoirs publics et sur celui du monde économique. Près de 190 entreprises soutiennent le projet. Le DG de Decathlon accompagnera Fabienne Blaise et son équipe pour la présentation de la candidature lilloise pour l’IDEX.

Nous ne manquons pas de belles entreprises sur notre territoire, qui s’y développent.

Nous en avons eu un parfait exemple avec Orange qui implante son siège au pied du stade Pierre-Mauroy. Il s’agit là de terrains qui appartiennent à la MEL : nous avons facilité et accompagné ce projet. La première pierre a été posée avec Gérard CAUDRON début novembre. Avec ce bâtiment exemplaire (Haute Qualité Environnementale) 1 200 salariés resteront sur la métropole et Villeneuve d’Ascq.

Et cela se vérifie dans toutes nos communes. Ainsi, nous nous sommes rendus à Herlies, avec mon vice-président à la voirie et aux espaces publics, Daniel JANSSENS, pour inaugurer le parvis de l’école, la place de l’Europe et la voirie avoisinante. De quoi garantir confort et sécurité pour les riverains et les écoliers ! Ce projet illustre bien la coopération indispensable et étroite entre les services de la ville et ceux de la MEL : nous devons continuer à travailler ainsi, main dans la main. C’est de cette façon que nous répondrons aux priorités métropolitaines et à celles des communes et des Maires. 

Nous devons satisfaire les attentes des habitants et c’est dans cet esprit que nous leur donnons la parole. Ils peuvent ainsi exprimer au mieux leurs attentes, leurs opinions, leurs avis. Dans le cadre de l’élaboration du PLU 2, sous la direction de Marc-Philippe DAUBRESSE dont je salue l’investissement, nous avons mis en place cette carte interactive en ligne. Elle permet à l’ensemble des habitants de soumettre des idées pour leur commune, de commenter celles d’autres participants… et puis de débattre aussi sur les grandes orientations de ce document d’aménagement du territoire que Marc-Philippe DAUBRESSE soutient et présente.

Toujours dans le registre du digital, la MEL est également résolument connectée et en marche vers la Smart City. Nous sommes la première intercommunalité des Hauts-de-France à avoir lancé un site Open Data. Après la loi Lemaire, il s’agit de mettre en ligne l’ensemble des données de la MEL. Nous avons déjà 56 jeux de données disponibles sur un site dédié et ouvert au grand public mais aussi aux start-up prêtes à créer de nouvelles applications au service des métropolitains.

Côté sport et culture, la période a également été riche ! Deux équipements sportifs ont vu le jour grâce au fonds de concours que nous avons voté à l’unanimité : l’un, un city-stade à Sainghin-en-Weppes et le second, un terrain synthétique à Wambrechies.

Un autre équipement, culturel cette fois, et ayant lui aussi bénéficié du fonds de concours, a également ouvert ses portes grâce à la ténacité et à l’implication de Gérald DARMANIN : il s’agit de la première antenne régionale de l’IMA, à Tourcoing. Plus question d’aller faire des longueurs dans cette ancienne piscine mais bien de faire une plongée dans l’art, la culture et l’histoire orientale. Cela va renforcer notre offre qui est déjà grande sur la métropole et permettre aux métropolitains de découvrir d’autres horizons… Et évidemment cela vient compléter l’ensemble de nos atouts pour attirer les visiteurs de toute la France et bien évidemment de l’étranger !

En voilà un de visiteurs que nous avons réussi à faire venir dans notre stade Pierre-Mauroy : Bruno Mars ! Je veux remercier Live Nation et l’ensemble de nos partenaires, le Crédit Mutuel Nord Europe. La star américaine se produira dans l’arena le 31 mars prochain et visiblement les places se sont vendues comme des petits pains !

Il enflammera notre stade avant Depeche Mode. Puis nous avons le privilège de recevoir dans le stade complet le grand concert Prodiges qui sera diffusé en direct sur France 2 et cela quelques jours avant le retour des baroudeurs du rock puisque Johnny Hallyday revient chez nous accompagné de ses compagnons de route de toujours Eddy Mitchell et Jacques Dutronc pour le début de leur nouvelle tournée des « Vieilles Canailles ».

On avait promis une programmation décoiffante et je remercie mes deux vice-Présidents Dany WATTEBLED et Olivier HENNO qui s’occupent de cette programmation.

La culture métropolitaine est aussi à l’honneur :

    à l’international puisque, mon cher Olivier, tu as participé à l’inauguration de la rétrospective Modigliani à Helsinki fin octobre. Cette exposition fait le tour de l’Europe : Budapest puis Helsinki ;
    mais aussi la culture de proximité, pour les métropolitains, avec la troisième édition de la nuit des bibliothèques qui s’est déroulée le 15 octobre dernier avec une nouvelle fois un nombre extrêmement important de visiteurs. Cette nuit des bibliothèques séduit tellement le Ministère de la Culture qu’il lance une édition nationale en janvier !

Une nuit des bibliothèques à laquelle ont d’ailleurs participé dès cette année les communes des Weppes : un signe de faire la nuit des bibliothèques à Bois Grenier. Cette fois nous y sommes : la fusion sera effective le 1er janvier prochain !

Cela ne sera pas la seule nouveauté le 1er janvier puisque nous allons aussi récupérer certaines compétences du département. Là aussi c’est un sujet que nous connaissons bien et que nous avons longuement préparé, mon cher Alain [BERNARD].

Tourisme, fonds de solidarité logement, fonds d’aide aux jeunes, voirie, j’entends vos interrogations sur ce point et un comité d’engagement se réunira dès janvier pour prioriser les opérations sur les routes départementales, en 2016, nous aurons plus de compétences, plus d’habitants, plus de communes, plus d’agents… bref plus de Métropole Européenne de Lille !

Nous allons maintenant entamer l’ordre du jour du conseil, notamment ce volet transfert de compétences dans la délégation d’Alain BERNARD.

Je vous remercie de votre attention.
 

Lire le discours du 14 octobre 2016

Mesdames et Messieurs, mes chers collègues,

Lire le discours du 24 juin 2016

 Je voudrais commencer ce conseil en ayant une pensée pour notre regretté collègue Jean-Claude VANBELLE. Sa disparition va laisser un grand vide pour l’ensemble des Leersois pour qui il s’investissait depuis de nombreuses années.

C’est une grande perte pour sa ville, pour la métropole et pour le groupe MPC au sein duquel il siégeait.

Je vous propose de respecter une minute de silence en sa mémoire.

***

Avant de commencer ce Conseil, je souhaite revenir sur l'événement politique majeur de cette nuit : le vote des Britanniques en faveur du Brexit.

Premières conséquences concrètes, vous l’avez vu : les marchés financiers s’effondrent et la livre sterling s’est retrouvée dès cette nuit à son plus bas niveau depuis trente ans.

Certes s’il est difficile aujourd’hui de prédire à chaud les conséquences à plus long terme, notamment en termes économiques, l’impact sur les marchés financiers est impressionnant et il est probable que l’économie réelle en pâtisse également prochainement.

Et la Métropole Européenne de Lille, vous le savez bien, est concernée en 1er lieu par cette décision :

-       Puisque la Grande-Bretagne est le troisième partenaire commercial de la Région Hauts-de-France (derrière la Belgique et l’Allemagne) et le cinquième investisseur étranger dans notre région ;

-       La frontière britannique se trouve à 100 mètres, à la gare Lille Europe quand vous prenez l’Eurostar ;

-       En 1h20, nous sommes à Londres ;

-       Et nous sommes une Metropole européenne, résolument transfrontalière, avec plus de 80 millions d’habitants consommateurs dans un rayon de 300 kilomètres ;

Bien sûr nous devons respecter le vote des citoyens britanniques mais nous devons aussi rappeler notre vocation européenne et contribuer par nos coopérations et réseaux à construire l'Europe de demain, proches des citoyens. C’est  ce que j’appelle de mes vœux et je sais que l’ensemble des élus métropolitains partage cette vision.

Je suis d'ailleurs très heureux de vous informer que nous accueillerons la 3ème université européenne de l’A.F.C.C.R.E. (Association française du Conseil des Communes et Régions d’Europe) ici en octobre prochain.

Nous continuons notre politique européenne.

 

***

 

Sans transition, je voudrais revenir sur des éléments forts depuis le dernier conseil, puisque c’est tous ensemble que nous dessinons notre métropole jour après jour.

Il y a eu de nombreux projets d’aménagement depuis avril :

- Nous avons posé la première pierre du futur éco quartier de l’Ange Gardien à Quesnoy sur Deûle. Des logements, des commerces et des services, le tout dans un environnement préservé. Vous le savez, Madame le Maire défend ses projets avec une attention particulière sur la performance énergétique. Madame le Maire, bravo pour ce projet sur une friche industrielle qui devrait donc être labellisé écoquartier au niveau national !

- Dans le même esprit de rénovation des friches, les résidences Passerelle et Carrés Verts ont vu le jour à Roncq et sont désormais achevées. Elles vont pouvoir accueillir dans les meilleures conditions des métropolitains. Et là encore, nous avons tenu à conserver de nombreux espaces verts et les bâtiments sont là aussi conçus de telle manière que les résidents vont mieux consommer et moins consommer : économies d’énergie et augmentation du pouvoir d’achat. Et je tiens à saluer l’initiative de Monsieur le Maire de Roncq.

- Nous faisons également l’acquisition de la friche ferroviaire de la SNCF à Saint-Sauveur  à Lille pour développer notre projet majeur pour ce quartier. Et Patrick GEENENS nous présentera tout à l’heure cette délibération importante et structurante pour la ville de Lille.

Là aussi des projets qui illustrent parfaitement ma vision de l’aménagement en privilégiant les zones urbanisées, les friches industrielles et en préservant les espaces naturels et agricoles.

- Nous avons aussi inauguré l’étang des Périseaux à Fâches.

La MEL tient à valoriser ce poumon vert aux portes de la ville. C’est l’occasion de sorties en famille, entre amis, dans un cadre exceptionnel. Ça aussi, c’est à souligner.

 

·      Une métropole dynamique !

- Sur le plan de l’agriculture et pour encourager cette filière économique, nous avons également planté le premier arbre, tout un symbole, de la future zone maraîchère et horticole de Wavrin. Il y a une zone test d’incubation pour la formation de nouveaux agriculteurs et les futures terres à exploiter : 47 hectares tournés vers le bio. Nous y encourageons le renouvellement générationnel, la formation, l’incubation. Il y a les incubateurs d’Euratechnologies, il y a aussi ceux de Wavrin. De quoi renforcer davantage encore notre identité de métropole la plus rurale de France avec 44% de surface utile agricole sur notre territoire.

Cette zone maraîchère et son développement constituent des réalisations concrètes de la stratégie agricole que Bernard DELABY va évoquer dans quelques minutes.

- L’économie est ma priorité : nous allons libérer les énergies et mettre en synergie toutes nos forces vives. C’est d’ailleurs l’objet du plan d’actions pour l’emploi soumis aux votes ce soir par Marc GODEFROY et Vincent LEDOUX.

Pour cela, la MEL doit évidemment être présente aux côtés des entrepreneurs et des entreprises, quelles que soient leurs tailles, parce que, vous le savez bien, ce ne sont pas les hommes politiques qui créent des emplois, ce sont les entreprises. Nous avons eu un bel exemple, avec mon cher collègue ex-Maire de Baisieux, mon cher Francis, à SOMMER, entreprise qui réalise des textiles spécialisés comme le tapis rouge de Cannes, celui de l’Euro ou celui du sommet de l’OTAN. Barack OBAMA a donc foulé les tapis de Baisieux ! Cette entreprise implantée à Baisieux a changé de positionnement de marché pour continuer de se développer et de grandir dans la métropole.  C’est là aussi l’aide de la métropole. Nous avions délibéré 500.000 euros il y a quelques mois pour renouveler le matériel et le voir fonctionner a été un ravissement.

 

·      Une métropole impliquée dans la sécurité de ses habitants

- Nous avons mis en place le mois dernier notre conseil métropolitain de sécurité et de prévention de la délinquance à l’initiative du vice-Président Francis VERCAMER. Un dispositif en écho à notre compétence politique de la ville et qui a été salué par le ministre de l’Intérieur en personne, venu conclure cette rencontre. Bernard CAZENEUVE a également inauguré notre Centre Opérationnel et de Commandement et a félicité notre coopération unique avec les services de l’Etat. La Préfecture et la police peuvent en effet disposer en temps réel des images de nos 1 860 caméras, filmant les bâtiments métropolitains, les routes ou le réseau de transports en commun.

 

- Petite anecdote : sur le plan de la sécurité nous sommes aussi la première métropole à soutenir la création d’une brigade équestre. Brigade dont nous finançons la résidence au centre équestre de Ronchin, mon cher Patrick, et que nous avons « inaugurée » en avril avec des chevaux de traits impressionnants qui aident à assurer la sécurité et notamment lors des événements, de l’Euro2016 par exemple.

·      Une métropole animée et rayonnante !

- Quand on parle du Stade Pierre-Mauroy en ce moment, on pense instantanément Euro 2016. Nous avons en effet la chance d’accueillir ce 3ème événement sportif mondial dans notre métropole. Depuis 15 jours on croise dans nos rues des Français de tout l’hexagone mais aussi des Suisses, des Slovaques, des Ukrainiens, des Gallois, des Irlandais, des Italiens, des Anglais, des Russes, … Vous le voyez, la MEL est là aussi européenne pour cette fête!

Après 15 jours, nous avons déjà un premier bilan, et il est résolument positif !

- Plus de 175 000 spectateurs au stade Pierre-Mauroy et il reste 2 matches ;

- 2 000 jeunes métropolitains invités par la MEL grâce à la fondation UEFA pour l’enfance et qui ont pu assister à différents matchs grâce aux places mises à disposition des CCAS des différentes communes ;

- Plus de 220 000 personnes sur notre Fan Zone et 500 demandes d’accréditations des journalistes rien que sur la Fan Zone.

- La fête est au rendez-vous… et les retombées économiques, je l’espère aussi car ces nombreux fans visitent notre territoire, consomment, remplissent nos hôtels, se restaurent… Et c’est bien tout l’intérêt car ça rentre dans le cadre de notre nouvelle compétence de promotion du tourisme. Les premières orientations issues de la concertation touristique ont d’ailleurs été rapportées récemment au Stadium, un équipement majeur puisque nous avons même eu un entrainement de l’équipe de France au Stadium.

- Retombées économiques, oui c’est extrêmement important car nous avons reçu dernièrement les résultats d’une étude commandée par la FIBA Europe sur l’impact économique de l’Eurobasket. Nous avons les chiffres pour la MEL : plus de 206 000 spectateurs se sont déplacés pour assister aux rencontres dans l’arena du stade. Selon la FIBA, les chiffres affichent un impact économique de près de 62 M€ pour la métropole et 42% des visiteurs qui envisagent de revenir à Lille dans les prochaines années !

- En dehors des grands événements, les métropolitains ont de multiples occasions de voir du sport et de haut niveau : nous avons accueilli ici à la MEL nos championnes :

- des championnes de France en rugby, en water polo, en hockey sur gazon en salle,

- des vice-championnes d’Europe en basket,

- des championnes d’Europe en tennis de table,

- et bien sûr les équipes masculine et féminine du LOSC qui visent le top dans leur championnat respectif !

Et c’est là aussi l’importance du rayonnement la MEL au-delà de ses frontières. Saluer aussi l’ensemble de nos champions qui vont partir au JO à Rio ! Un rayonnement qui va de pair avec l’attractivité de notre territoire : une vision que nous retrouverons ce soir dans la délibération-cadre sur le rayonnement et l’ouverture au monde de la MEL portée par Martine AUBRY, absente ce soir pour raisons de santé et nous l’excusons.

- Une ouverture sportive mais aussi culturelle : comment ne pas citer ici la grande réussite de notre exposition Modigliani au LaM qui a attiré près de 200 000 visiteurs ! Un chiffre qui a dépassé toutes les estimations et qui a été salué par toute la presse nationale, générale et spécialisée. Mon cher Olivier, nous avons un grand challenge pour avoir dans trois ans une exposition aussi importante que Modigliani. Le défi est de taille et nous saurons le relever en 2019 !

 

·      Ensuite une délibération sur la métropole résolument digitale qui vous sera présentée par Akim Oural.

Une métropole ouverte sur le monde et une métropole connectée au monde : au dernier conseil je vous présentais notre appli MELCOME, qui comptabilise déjà plus de 7 000 téléchargements, très encourageants. Je salue également l’ensemble des entreprises et services pour avoir organisé aujourd’hui à la MEL un village numérique.

Grâce aux outils numériques, nous améliorons nos services aux métropolitains : plus proches, plus réactifs et plus contributifs !

Moins qu’un long discours, je vous propose de voir cela en vidéo !

[vidéo projetée]

Je remercie les services pour cette illustration de la métropole digitale.

Cela passe par des réalisations concrètes :

- une carte unique pour toutes les démarches de la vie quotidienne : déchèteries, activités sportives ou culturelles, transports, collaboration avec les communes pour les cantines et les garderies…

- Et nous lançons déjà ce soir une délibération pour la couverture en réseau 3G/4G dans le métro par exemple, pour améliorer le service, le confort de l’ensemble des usagers ;

Comme le dit souvent notre cher collègue, Akim OURAL, le numérique ce n’est pas seulement les réseaux et la fibre mais c’est aussi les usages et les services. Nous devons écrire cette histoire de métropole numérique tous ensemble.

Voilà chers collègues les éléments forts depuis notre dernier Conseil d’avril. Nous allons maintenant aborder l’ordre du jour de ce conseil, en commençant par les délibérations d’Alain BERNARD.

 

Lire le discours du 1er avril 2016

Mes chers collègues,

• Hommage aux victimes de l’attentat terroriste de Bruxelles (22.03.2016)
Je souhaite commencer ce Conseil de communauté en ayant une pensée pour nos voisins belges qui ont été, à leur tour, frappés par la barbarie du 22 mars dernier. Après Paris, vous le savez, c’est le cœur de l’Europe qui a été touché par des actes ignobles. Nous allons rester unis, solidaires et surtout debout face à ceux qui attaquent nos valeurs et souhaitent entraver nos libertés. Nous ne cèderons jamais !
Aussi, je vous propose de respecter une minute de silence, en hommage aux victimes.

Je vous remercie.

***

Avant de nous pencher sur l’ordre du jour du conseil, j’ai quelques communications à vous faire :

• Election de Vincent LEDOUX comme député de la 10ème circonscription et accueil de Monsieur DESCHAMPS
Sans transition chers amis, je tiens à profiter de cette séance pour féliciter notre collègue Vincent LEDOUX qui a été élu, le 20 mars dernier, député de la 10ème circonscription du Nord et succède ainsi à Gérald DARMANIN.
Je te souhaite, mon cher Vincent, une pleine réussite dans ces nouvelles fonctions qui te prennent déjà énormément de temps et dont tu es passionné. Au nom de l’Assemblée communautaire, je te félicite.

J’en profite également pour souhaiter la bienvenue dans notre hémicycle à Monsieur Guy DESCHAMPS à qui je demande de se lever et qui succède à Monsieur Jean-Claude VANBELLE, le maire de Leers qui a donc cédé sa place à Monsieur Guy DESCHAMPS.
***
 

• Réseaux Electriques intelligents
Une bonne nouvelle ensuite. Vous l’avez vu dans la presse : juste un an après sa prise de compétence énergie, la MEL a été la seule métropole lauréate de l’appel à projets national sur les Smart Grids, ce qu’on appelle réseaux électriques intelligents (REI).

C’est un succès et une reconnaissance nationale pour le projet « You & Grid », porté par la Métropole, en partenariat avec la Région Hauts-de-France mais aussi avec l’appui de nos partenaires ErDF, de RTE et de la CCI Nord de France.

Comme vous le savez, trois lauréats (MEL, Région PACA, Région Bretagne et Pays de la Loire) sont invités donc à déposer des dossiers auprès de l’ADEME dans le cadre du PIA.
C’est là aussi la culture de la recette puisque c’est une enveloppe de 50 millions d’euros qui est réservée pour accompagner financièrement la mise en œuvre des projets.

J’ai le plaisir de vous annoncer que nous avons déjà déposé notre dossier (So MEL, so connected) pour récupérer de l’argent, des engagements financiers importants, aussi auprès de nos partenaires privés (Erdf, EDF, Dalkia, GE, Intent technologies) et académiques (groupe HEI, ISA ISEN, le LEM).

Concrètement, pour les habitants de la MEL, le projet prévoit :
- le pilotage des bornes de recharge pour les véhicules électriques ;
- la maîtrise des consommations chez les habitants par le déploiement des compteurs Linky et ce sera tout une série de projets subventionnés dans le cadre du PIA.

Puisque vous le savez, la MEL est pleinement engagée dans la transition énergétique et je souhaite saluer l’investissement de mon vice-Président en charge de ces questions Alain BEZIRARD. Encore merci, cher Alain, pour ton implication sur ces dossiers.
Là aussi donner des bonnes nouvelles, c’est important.
J’associe aussi les services, je salue l’importance du travail mené par les équipes.
***

• Très Haut Débit
Une communication également sur le Très Haut Débit. Vous le savez, un sujet qui nous mobilise et qui concerne une large part des métropolitains.

Ça vient de tomber, il y a à peine 10 minutes.
Notre mobilisation a porté ses fruits et c’est une première en France : la défaillance de SFR a été reconnue !

L’Etat, par la voix d’Emmanuel MACRON et d’Axelle LEMAIRE, a confirmé que nous avions raison et que nous avions bien fait d’agir et de voter notre motion en octobre dernier.

Nous sommes désormais libres de conventionner avec un opérateur, ce que nous avons déjà fait avec Orange pour ces 57 communes abandonnées. Il nous reste les 13 communes de la Vallée de la Lys pour lesquelles nous allons agir.

Nous écouterons donc, puisque nous avons retrouvé notre liberté, tous les opérateurs privés (Orange, SFR, Bouygues, Covage…) pour que vous ayez, chers amis Maires de la Lys, la meilleure offre pour que vous ayez le Très Haut Débit bien avant 2020.
Nous étudierons toutes les offres. Nous bénéficierons de l’aide de France Très Haut Débit pour évaluer la meilleure offre.

Je salue le travail d’Akim OURAL et l’ensemble des services. Je le rappelle c’est une première en France, la défaillance d’SFR a été reconnue.

***

• « Toujours dans le numérique : MELCOME l’appli est née ! »
Elle va faciliter la vie des métropolitains.

Je salue une  nouvelle fois les services de la MEL qui ont développé, je pense notamment à Sabine GUILLAUME et Julien FALLON, à ma demande et dans un temps record une application 100% made in MEL.

Nous sommes ainsi présents dans la poche des habitants !
Cette appli est déjà en deux langues : anglais et néerlandais. Elle sera une ressource importante pour tous nos visiteurs, notamment lors des grands événements soit pour l’expo Modigliani actuellement ou encore plus pour l’Euro 2016 en juin prochain.
Je vous propose, si la technique est prête, de découvrir l’application en quelques images.

Voilà, je vous remercie, n’hésitez pas à la télécharger sur votre smartphone, c’est assez simple. C’est totalement évolutif. Vous allez pouvoir interagir, commenter, faire remonter les bugs. Les services communautaires pourront intégrer de nouveaux services.

***

• Les Assises des "Mobilités et de l’accessibilité de la Métropole" se dérouleront le 22 septembre 2016
Toujours dans la mobilité, vous annoncer le 22 septembre 2016 puisque c’est la date retenue pour les Assises des « Mobilités et de l’accessibilité » de la Métropole Européenne de Lille où nous allons associer l’Etat, la Région et les Départements.
A noter dans tous les agendas ! 

Un projet porté par Régis CAUCHE, dont je salue l’investissement.

Nous pourrons aborder toutes les idées, sans tabou, pour lutter contre la thrombose routière et faciliter l’accessibilité et la mobilité dans notre métropole.
Nous aborderons des thématiques comme :
- le péage positif
- le lien entre accessibilité et aménagement du territoire ;
- l’optimisation, de la complémentarité des modes de transport ;
- les nouvelles mobilités et des nouvelles technologies (smart mobility) ;
- le transport de marchandises ;
- les modes actifs ;
Bref l’ensemble des éléments seront au débat pour ces journées des Assises de la mobilité.
Nous aurons reçu les résultats du rapport du CGED, les statistiques de transit, les résultats de l’enquête ménage en cours. Nous inviterons bien entendu en amont tous les citoyens, entreprises, associations… à s’exprimer sur le sujet à travers une concertation publique. Car ce sujet est bien l’affaire de tous !

***
• Retard dans le projet 52m
Je tiens aussi aujourd’hui à évoquer avec vous, chers collègues, le projet "52 mètres".
Vous le savez, dans le cadre de son programme d’évolution et de modernisation du métro de Lille, la Communauté urbaine a confié à Alstom transport un marché public de travaux portant sur le projet 52m en juin 2012.
A ce jour, la société Alstom accuse un retard d’au moins un an (sur le pilote automatique) dans l’exécution du marché qui lui a été attribué.
Cela engendre un blocage de l’avancement global du projet. Nous savons d’ores-et-déjà que le respect du délai global du projet semble malheureusement compromis.
Le métro devait être livré en 2017, force est de constater que ce ne sera pas le cas.
De nombreux échanges ont eu lieu avec le groupement composé des sociétés EGIS, SYSTRA et la société Alstom transport. Ils n’ont malheureusement pas permis de trouver une solution et nous n’avons, je remercie le travail de Gérald DARMANIN, aucune visibilité à ce jour sur les délais d’achèvement de ce projet.
Voilà pourquoi, j’ai décidé de saisir le Tribunal administratif afin qu’il désigne un expert. C’est l’heure de vérité : nous devons connaître les responsabilités de chacun.
Cette expertise nous permettra d’apporter la lumière sur ce dossier extrêmement complexe et très engageant financièrement pour notre établissement afin que nous puissions, chers amis, chers collègues, prendre les mesures appropriées et en tirer toutes les conséquences.

Sachez donc de fait que j’ai demandé à M. DARMANIN de lancer la nouvelle CSP transport sans inclure la livraison du 52 mètres. Nous devons éviter toute mauvaise surprise supplémentaire d’un délégataire qui attendrait le 52 mètres et ne pourrait pas bénéficier des recettes escomptées.

***

• Nouvelle CSP transport
Sans transition, Gérald DARMANIN va, dans quelques minutes, vous présenter les grandes lignes de cette future CSP (concession de service public).
Je tiens à vous préciser et en accord avec l’ensemble des groupes politiques, que le cahier des charges de cette future CSP sera partagé et rédigé sur le même moule du consensus, que nous avons fait pour la CSP de l’eau ou l’élaboration de la nouvelle gamme tarifaire des transports.

Vous le savez c’est le plus gros poste budgétaire de notre maison. 200M€ par an en fonctionnement pour cette CSP. C’est pourquoi j’ai un objectif majeur : faire baisser de 10% le montant de cette CSP, soit la passer de 200 à 180M€.

Des économies sont tout à fait possibles, nos services financiers y travaillent déjà.

Un gain que je m’engage bien entendu à réinvestir dans les infrastructures de transports qui doivent être toujours plus qualitatives et confortables pour les usagers actuels et en séduire bien évidemment de nouveaux. Là encore vous le savez, j’ai posé la question du développement d’une nouvelle ligne de tramway, le développement du vélo et autres modes de transport. 20M€ par an c’est tout à fait possible de l’obtenir sur cette CSP.

Sans transition, Monsieur DARMANIN je vous laisse la parole pour la présenter. 

2015

Lire le discours du 18 décembre 2015

Mes chers collègues,

Voilà notre dernier Conseil de Métropole de l’année.

C’est un Conseil important, vous le savez, puisque, dans quelques instants, nous examinerons le budget.

Un budget qui nous donnera les moyens de travailler et de développer des projets avec l’ensemble des territoires notamment avec la Région.

Certains de nos collègues, qui siègent dans cette Assemblée, se sont présentés au scrutin régional. Je tiens à les féliciter chaleureusement pour leur élection et ils sont nombreux dans cette Assemblée.

Donc toutes nos félicitations à :
- Milouda ALA,
- Florence BARISEAU,
- Caroline BOISARD – VANNIER,
- Françoise COOLZAET,
- Gérald DARMANIN,
- Marc-Philippe DAUBRESSE,
- Guillaume DELBAR,
- Eric DILLIES,
- Stéphanie DUCRET,
- Eric DURAND,
- Yvan HUTCHINSON,
- Nicolas LEBAS,
- Vincent LEDOUX,
- Sébastien LEPRETRE, et qui, selon mes dernières informations, sera aussi le Président du groupe, donc félicitations à M. LEPRETRE,
- Brigitte LHERBIER,
- Sophie ROCHER,
- Valérie SIX.


Je pense que la métropole et les élus métropolitains seront présents à cette Assemblée pour défendre les intérêts de la métropole.

Donc maintenant, nous sommes en ordre de marche et en mesure d’activer ce que j’appelle depuis le début de mon mandat, le couple Métropole-Région, avec comme métropole, une véritable locomotive de la Région et aussi cette métropole qui doit tisser une coopération encore plus étroite avec la Région, pour une meilleure coordination de nos politiques.

Et je sais que Xavier Bertrand fera l’essentiel pour qu’il y ait un rassemblement et travailler avec l’ensemble des forces politiques.

Je sais que cette coopération avec la Région est notre philosophie et c’est pour ça que nous travaillerons ensemble à tous les échelons.

C’est extrêmement important et nous allons le montrer à travers quatre exemples dans cette introduction, avec quatre délibérations importantes lors de ce Conseil.

Le PMDE

Le PMDE, Vincent Ledoux nous le présentera tout à l’heure.

C’est un document – cadre fondamental pour notre établissement.

    Il traduit notre volonté affichée de faire de l’économie la priorité de cette mandature et vous le savez très bien.

Il est basé sur l’excellence, l’innovation, mais avec une exigence renforcée en matière d’emploi.

Je tiens à présent à féliciter la mobilisation, mon cher Vincent, de l’ensemble des forces économiques, la large mobilisation des acteurs économiques et institutionnels autour de ce PMDE.

Bien sûr tout ça n’aurait pas été possible sans l’implication de notre Vice-président Vincent Ledoux que je veux remercier ici chaleureusement pour son implication dans l’élaboration du PMDE.

Vincent dit toujours : « mode projet, mode combat ».

Tourné vers l’action et l’opérationnel, ce PMDE dispose aujourd’hui d’un premier portefeuille de projets partenariaux.

Bien évidemment avec la Région nous avons eu ce débat.

Nous travaillerons avec l’exécutif régional dans le cadre du SRDEII et nous aurons cette clause de revoyure avec la Région.

Mais nous ne travaillerons pas uniquement avec la Région Nord-Pas de Calais, nous travaillerons à 360 degrés avec nos amis belges, nos amis eurométropolitains et surtout nos amis du Nord-Ouest de l’Europe.

Et c’est pour ça, chers amis, que  j’ai décidé de confier à notre collègue, Pierre DE SAINTIGNON, Président de la Commission Développement économique ici dans notre Assemblée, une mission pour développer le volet économique de notre stratégie à l’international et je tenais à le remercier d’avoir accepté cette lettre de mission que nous lui avons proposée.

Seconde illustration : l’élargissement et le renforcement de notre métropole dans le paysage institutionnel.

Je tiens ici chaleureusement à saluer les Maires de la Communauté de Communes des Weppes pour leur présence ce soir.

Leurs communes, vous le savez, vont bientôt nous rejoindre au 1er Janvier 2017 et je salue donc :
- M. Alain LECLERCQ, Maire de Aubers,
- M. Michel DELEPAUL, Maire de Bois-Grenier,
- M. Jean-Gabriel MASSON, Maire de Fromelles,
- M. Michel BORREWATER, Maire de Le Maisnil,
- M. Loïc WOLFCARIUS, Maire de Radinghem-en-Weppes.

Comme vous le savez, chers collègues, la loi NOTRe ne permet pas le maintien de la Communauté de Communes des Weppes.

Et donc le projet de Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) sur lequel nous serons amenés tout à l’heure, sous la délégation d’Alain BERNARD, à nous prononcer, propose que ces communes soient fusionnées avec notre Etablissement.

Je pense sincèrement qu’il s’agit, là, d’une première étape dans l’élargissement de notre Métropole.

Des rencontres politiques et techniques ont eu lieu, afin d’informer pleinement les cinq Maires et leurs Conseils municipaux, ainsi bien sûr que les agents concernés par ce transfert de compétences, et donc l’arrivée de ces agents, ces nouveaux agents, au sein de la Métropole Européenne de Lille.

Je remercie Alain BERNARD et Michel COLIN pour l’important travail de concertation qu’ils ont mené avec ces cinq communes et qui nous permet d’avancer ensemble, chers amis, dans un climat de confiance.

C’était quelque chose d’important lors de mon élection, dans mon mode de gouvernance de privilégier ce dialogue avec les Maires et avec les nouveaux Maires qui nous rejoignent.

Dans l’idée de ce dialogue avec les communes, le 3ème exemple de ce soir, la 3ème illustration : ce sont les contrats de co-développement

Vous savez que c’était extrêmement important d’être encore plus proche, encore plus efficace pour les citoyens, les métropolitains, dans nos territoires.

C’est extrêmement important de :
- concrétiser les ambitions de notre grande Métropole tout en travaillant dans la proximité et le respect des communes,

- pour que nos politiques correspondent davantage aux réalités locales et aux bassins de vie,

- et enfin pour mieux répondre aux préoccupations les plus immédiates et concrètes de nos concitoyens.

Ce sera tout l’objet des 8 contrats de co-développement que nous allons adopter ce soir.

C’est même simplement leur nom, dans leur définition : « co-développement ».

Ils sont le fruit important d’une concertation avec les Maires pilotée par notre collègue Bernard GERARD que je remercie pour son investissement et son travail chronophage sur l’ensemble de ces réunions et des rencontres avec les différents Maires.

Et donc je me réjouis de cette démarche de contractualisation innovante qui permettra ensemble, MEL et communes, de relever ensemble les défis de notre métropole.

Quatrième illustration, et je sais que c’est toujours très attendu par les Maires, et je vous ai dit qu’à chaque Conseil, je vous tiendrai au courant, le Très Haut Débit dans nos quartiers, villes et villages de la métropole.

Vous le savez, nous avons décidé au dernier Conseil, d’engager la procédure de constat de carence avec l’opérateur SFR.

C’est ce qui a été fait puisque nous avons remis un dossier de 350 pages au Préfet mi-novembre et nous avons immédiatement entamé les négociations pour établir au plus vite un plan de substitution sur l’ensemble du périmètre libéré (les 57 communes).

Ce plan de substitution, que vous voyez sur la carte (projetée en séance), ne concerne pas encore les 13 communes au nord de la métropole, les communes de la Vallée de la Lys, qui sont encore sous le mode opérateur SFR.

Mais je l’ai dit en octobre dernier et je le confirme et l’affirme de nouveau ce soir :
Je reste très attentif à ce que SFR respecte et doit respecter ses engagements sur ces 13 communes. Sinon, nous prendrons là aussi la même décision pour que Orange puisse se substituer à SFR sur ces 13 communes.

La carte qui est présentée ce soir est calée sur les calendriers de négociation et je remercie Akim Oural et tous les services métropolitains d’avoir mené cette négociation avec Orange puisque nous avions des impératifs de calendrier. Nous voulions que la convention signée en 2013 par Martine AUBRY et Fleur PELLERIN soit respectée et c’est effectivement le cas.

En l’occurrence ORANGE, lui, nous a posé ses impératifs techniques avec lesquels nous devons composer puisque Orange va passer de 80 000 prises à plus de 280 000 prises.

Nous aurons donc :
• Une première phase pour 42 communes pour 2016-2017,
• La seconde phase 2018-2019 pour 10 communes.

Je tiens tout de suite à vous dire que ces négociations ont pris en compte que le calendrier initial de 2013 soit maintenu et il n’y a donc aucun retard pour les communes concernées dans la convention de 2013 malgré le retard de deux ans de SFR.

Je tenais à insister là-dessus.

ORANGE, dans le 1er trimestre, voire semestre 2016, ira rencontrer les Maires sur le territoire.

Vous l’avez bien compris :
• 42 communes en phase 1,
• 10 communes en phase 2.

Si vous avez fait les additions ou les soustractions, il reste donc 5 communes
• Beaucamps-Ligny,
• Ennetières-en-Weppes,
• Erquinghem-le-Sec,
• Escobecques,
• Santes,

pour lesquelles, il y a des contraintes techniques extrêmement importantes et sur lesquelles le déploiement de la fibre ne pouvait pas intervenir avant 2020.

Et suite aux discussions que nous avons eues en octobre, nous activons donc la délibération pour faire une Montée en Débit dès 2017 sur ces cinq communes.

C’est un peu ce qui nous guide dans ce mandat, cette solidarité territoriale. Il était hors de question de laisser cette fracture numérique.

C’est donc plus qu’un plan de substitution, c’est bien un plan de reprise en main par la MEL pour notre avenir numérique que nous allons délibérer ce soir.

C’est un plan qui remet du sens et de la cohérence, et surtout de la visibilité.

C’est un plan où la MEL joue pleinement son rôle d’aménageur du territoire métropolitain.

Pour reprendre l’image d’un opérateur, avec ce plan, nous construisons les autoroutes, les échangeurs, surtout les départementales, dans une démarche d’irrigation de nos communes.
Et surtout nous ne laissons personne au bord de la route.

Je vous remercie de votre attention pour cette introduction et les quatre points forts de cette séance de ce soir.

Je pense que nous avons fait les bons choix dans l’avancée du développement du numérique pour notre métropole.

Je vous en remercie.

Lire le discours du 19 juin 2015

Mes Chers collègues,


Je tiens tout d’abord à exprimer en notre nom à tous, tous mes vœux de prompt rétablissement à notre collègue Dominique BAERT, hospitalisé, suite à un accident de moto survenu le 7 juin 2015. On pense bien à lui. S’il nous regarde sur la web TV, on lui souhaite un prompt rétablissement.

*****

Mes Chers collègues,

Le fil directeur de ce Conseil sera l’accessibilité de la Métropole.

Comme vous le savez, c’est la priorité de mon mandat.

Les décisions que nous aurons à prendre en matière de mobilités auront un impact majeur dépassant largement la durée de mon mandat actuel. Ces choix d’avenir, il nous appartient de les faire, avec toute la responsabilité que cela requiert.

Il nous faut impulser des actions concrètes visant à résoudre les problématiques majeures de déplacements des citoyens et des marchandises intra et extra-métropolitains.

Contre ce fléau, la thrombose de la métropole, nous nous sommes engagés à examiner toutes les options, sans tabou, convaincu que nous ne trouverons pas de solution miracle mais que nous pouvons construire tout un bouquet d’actions ciblées, pertinentes et fortement incitatives.

Et vous le verrez dans ce Conseil de la Métropole.

C’est en essence le travail que j’ai confié à notre collègue Régis CAUCHE, Conseiller métropolitain délégué à l’accessibilité de la métropole.

Ce Conseil comportera beaucoup de délibérations ou avancées concernant la mobilité : les délibérations Métropole 2.0, Réseau Express Grand Lille,  la mobilité et l’accessibilité dans le cadre du CPER, Challenge mobilité, …pour ne citer que les principales.

Parce que ces décisions doivent être mûrement réfléchies et pesées collectivement, la MEL doit ouvrir son champ de vision pour comparer nos enjeux avec des solutions mises en place par nos voisins de l’Union européenne.

Vous avez pu le voir dans la presse. Parmi 75 concurrents, nous avons été les heureux lauréats d’un appel à projets innovants lancé par l’incubateur de la Caisse des Dépôts et Consignations, le LAB-CDC, pour ce projet de « péage inversé ». Cette étude a démarré en avril, sous la direction de Régis CAUCHE, et se terminera en décembre 2015.

Nous examinons aussi l’exemple de la Métropole de Rotterdam – La Haye, dans laquelle nous nous sommes rendus le 4 juin dernier pour étudier l’expérience de Rotterdam en matière de « péage inversé ».

Ce n’est pas le lieu pour entrer dans une description du péage inversé. C’est une démarche incitative particulièrement innovante qui vient en rupture avec les outils traditionnels de régulation du trafic urbain. Elle joue essentiellement sur les changements de comportements en matière de mobilité et je suis convaincu que tout commence par là.

Nous reviendrons donc avec Régis en fin d’année pour vous présenter les suites de cette étude et les expérimentations à mener.

Mardi dernier, lors des Rencontres de la mobilité des personnes en Nord-Pas de Calais-Lille, la CCI a lancé le Challenge mobilité 2015, un bel événement où Madame VOITURIEZ nous représentait.

Ce Challenge vise à impliquer et responsabiliser de façon concrète et ludique les employeurs (entreprises et collectivités) comme acteurs à part entière de notre territoire.

Aujourd’hui, de nombreuses initiatives voient le jour et se structurent dans ce domaine, aussi bien en matière d’utilisation des données que de services d’aide à la gestion de ses déplacements. Ces services constituent la pierre angulaire de la « mobilité intelligente ».

Les mobilités s’articulent en lien avec le travail de notre collègue Akim OURAL. Parce qu’en effet, le développement du numérique nous offre de nouvelles opportunités en matière de mobilité intelligente.

C’est pourquoi, dans le cadre de la mise en œuvre de notre nouvelle stratégie Métropole 2.0 , qu’Akim vous présentera tout à l’heure, en matière de mobilité, la Métropole s’engage à améliorer l’information aux voyageurs et à développer de nouveaux services à la mobilité via la mise à disposition des données numériques.

Notre objectif avec la délibération d’Akim est triple :- 
-  rendre accessibles et enrichir les données de mobilité,
-  poursuivre le développement des services aux usagers en créant une application MELmobilité,
-  engager une réflexion sur le développement de nouveaux services à la mobilité adaptés à un besoin particulier ou à une catégorie d’usagers.

Nous pouvons être fiers des ponts créés entre la recherche et notre collectivité pour offrir aux citoyens des solutions de haut niveau technologique.

Ces recherches en cours de développement grâce au numérique et à l’Open Data nous permettront de nourrir les réflexions sur les grands projets d’infrastructures comme le Réseau Express Grand Lille.

Je tiens à vous remercier chers collègues pour l’esprit de responsabilité dont vous avez fait preuve sur ce dossier permettant ainsi à la MEL de parler d’une seule voix auprès de nos partenaires institutionnels.

* * * * * *

Bien évidemment, le développement d’applications numériques dans les politiques publiques, avec toutes les opportunités que cela comporte, n’a de sens que le cadre d’un aménagement numérique du territoire.

À ce titre, je souhaite vous faire part des avancées des négociations entre la MEL et les opérateurs Orange et SFR-Numéricable quant au suivi des conventions de déploiement de la fibre optique sur les communes de la métropole.

Je ne reviendrai pas sur les retards accumulés par l’opérateur SFR dans la tenue de ses engagements de déploiement, surtout depuis son rachat par Numéricâble, et surtout et principalement dans les communes périphériques et rurales.

La plupart d’entre-vous le vivent au quotidien dans vos communes et j’ai déjà eu l’occasion de vous confirmer la mobilisation de la MEL, et notamment de notre collègue Akim OURAL pour que les opérateurs tiennent les engagements pris dans le cadre des conventions de 2013.

Malgré nos relances répétées, l’opérateur Numéricâble-SFR continue à entretenir le flou quant aux conditions dans lesquelles il envisage de respecter ses engagements. Nos incertitudes persistent et laissent même place à la crainte de voir des pans entiers de notre métropole à l’écart du déploiement de la fibre optique.

En accord avec l’ensemble des groupes ce matin en Bureau, nous avons donc décidé de franchir une étape supplémentaire.

J’ai demandé à Monsieur le Préfet de Région de convoquer la Commission Consultative Régionale pour l’Aménagement Numérique du Territoire (CCRANT) afin que les opérateurs soient entendus sur leurs intentions réelles, je dis bien réelles, de déploiement et que nous puissions réaffirmer nos exigences. Cette réunion devrait se tenir début septembre.

Pour répondre aux insatisfactions croissantes des Maires et de leurs administrés, j’ai décidé également d’engager une procédure de "consultation publique des opérateurs" via les outils mis à disposition par l'autorité de régulation, l'ARCEP.

Cette procédure a pour objectif de connaître, dans un délai de deux mois, les projets de déploiement effectif de réseaux très haut débit en fibre optique sur le territoire de la Métropole.

Les opérateurs, suite à cette consultation, ont obligation de répondre !

Nous ne pouvons plus attendre. C’est le signal, je pense, que les groupes ont voulu envoyer ce matin.

En fonction de la nature et du contenu de leurs engagements, la MEL se réservera le droit d'étudier toutes les solutions permettant de sortir d’une situation de blocage total en cas de défaillance avérée des opérateurs.

C’est par exemple la mise à l’étude de solutions alternatives comme la montée en débit sur les territoires mal desservis et pour lesquels le déploiement de la fibre pourrait s’avérer trop lointain.

Sans plus attendre, je souhaite que nous reprenions la proposition de Madame AUBRY et de Monsieur OURAL en Bureau ce matin, c’est-à-dire d’intégrer notre territoire dans la stratégie de Syndicat Mixte La Fibre Numérique 59-62.

En effet, vous le savez chers collègues, l’outil de la DSP permettra d’avoir la certitude du respect du calendrier pour l’arrivée de la fibre dans nos communes prioritaires qui seraient susceptibles d’être abandonnées par l’initiative privée.

Et donc si vous en êtes collectivement d’accord, j’adresserai un courrier au Président du Syndicat Mixte dans ce sens.

Toutes ces démarches, vous l’avez bien compris chers collègues, ont pour unique objectif de reprendre la main, de mettre la pression sur les opérateurs et de lever enfin le brouillard qui entoure ce sujet essentiel pour l’aménagement de la métropole.

Sachez que j’irai jusqu’au bout sur ce sujet qui nous intéresse tous et qui intéresse tous les citoyens.

Et je vous remercie et je remercie tous les groupes qui nous soutiennent dans cette démarche visà-vis des opérateurs.

APPLAUDISSEMENTS

Mes chers collègues, ce soir nous pouvons constater que notre Conseil est résolument inscrit dans une culture de l’innovation au service de nos citoyens et de nos territoires, c’est ainsi que nous devons explorer ensemble les solutions et saisir les opportunités qui s’offrent à nous. Je compte donc sur vous pour les concrétiser.

* * * * * *

Et c’est cette culture de l’innovation est au cœur de toutes nos actions et qui porte ses fruits.

J’ai donc le plaisir de vous annoncer que MEL, notre revue a été distinguée par un trophée de la meilleure une 2015 hier. Un jury qui rassemblait 150 professionnels de la communication et du journalisme a ainsi choisi cette Une parmi 462 autres unes en lice.

C’est la journaliste politique du Journal du Dimanche Cécile Amar qui l’a remise à la rédactrice en chef et au directeur artistique de notre Direction de la Communication.

Au-delà de cette magnifique photo de la photographe roubaisienne Delphine Chenu, le jury a tenu à récompenser nos équipes pour la qualité d’une offre de lecture nouvelle, pratique et innovante qui valorise notre territoire.

En parlant d’image, je sais que vous êtes impatients de découvrir notre territoire vu d’une caméra embarquée à bord d’un drone.

C’est un film actuellement diffusé à Milan au sein du Pavillon France / Lille Europe à l’occasion de l’Exposition Universelle

Il présente notre Métropole, à la fois rurale et urbaine, connectée, culturelle, sportive.

Il invite les touristes et les chefs d’entreprises à venir découvrir la métropole.

PROJECTION DU FILM

Tous nos remerciements aux équipes de la Communication qui ont réalisé en interne ce film et qui ont imaginé le slogan MELcome to Lille.

Lire le discours du 13 février 2015

 Mesdames et Messieurs les conseillers communautaires,
      Mes chers collègues,


J’ai le plaisir de vous annoncer que la candidature de la Métropole Européenne de Lille, déposée en novembre dans le cadre de l’appel à projets « Territoires à énergie positive pour la croissance verte » du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, a été retenue.

Cette candidature valorise notre Plan Climat adopté en octobre 2013.

Je salue l’investissement de Madame la vice-présidente, Christiane Bouchart, porteuse du projet.

528 collectivités et groupements de collectivités avaient répondu à cet appel à projets et 212 d’entre elles ont été retenues.

J’en profite pour féliciter Madame Aubry et la Ville de Lille, lauréate aussi quant à elle pour la démarche Cit’ergie.

À la clé, c’est ça l’essentiel, il s’agit pour la MEL, dans le cadre de cette culture de la recette, d’obtenir une subvention de 500 000 euros à minima et pouvant être portée à 2 millions d’euros selon la qualité du projet et sa contribution à la transition énergétique.

Nous pourrons également bénéficier de financements publics fléchés sur notre territoire contribuant à la transition énergétique. Ces principaux projets viseront donc
-  La réduction des émissions de gaz à effet de serre,
-  La diminution de la consommation d’énergie,
-  La production d’énergie renouvelable.

Il sera possible pour 10 territoires sur les 112 de bénéficier dans le cadre du PIA, d’un programme complémentaire « projets territoriaux intégrés » à dominante numérique. Ce programme sera mis en place par la Caisse des Dépôts et Consignations dès mars 2015.

Et ma chère Christiane c’est le prochain défi que nous devons relever ensemble. Et je te remets officiellement ce prix.

C’est le début de cette culture de la recette pour laquelle nous devons obtenir le maximum de subventions.

 

Je porte l’ambition que nous rencontrions le même succès pour notre projet Réseau Electrique Intelligent porté par Alain Bezirard.
Pour concrétiser ce projet ambitieux, il est nécessaire et indispensable d’intégrer les nouvelles technologies de l’information et de la communication aux réseaux qui deviendront ainsi communicants.

Ces réseaux transporteront, comme le savez, des volumes énormes de données et d’informations (que l’on appelle le big data) d’un point à un autre de la métropole. Or, seul le Très Haut Débit est capable de transporter un tel volume d’information.

Nous souhaitons donc tous ensemble faire de la MEL un territoire connecté, un territoire innovant : pour réussir, le déploiement du numérique qui est donc essentiel !

À ce titre, vous avez été nombreux, depuis plusieurs semaines, à m’interroger sur l’avancée du déploiement du Très Haut Débit sur le territoire métropolitain et à exprimer notamment votre inquiétude avec l’officialisation du rachat de SFR par le Groupe Numericable.

Je vous informe que j’ai rencontré, le 5 février dernier, Monsieur Jérôme Yomtov, Directeur Général Adjoint du nouveau Groupe SFR-Numericable, ainsi que Monsieur Jean-Claude Brier, Délégué Régional SFR pour exprimer et relayer vos inquiétudes et vos insatisfactions.

Si, comme vous le savez, le déploiement a progressé au rythme annoncé pour ORANGE, que je félicite dans la qualité de nos relations ; force est de constater que le rythme est un peu plus ralenti pour SFR, eu égard au rachat de SFR.

J’ai exprimé ma volonté que soient maintenus les engagements qui avaient été pris ainsi que la cartographie et le calendrier du déploiement du Très Haut Débit.

Il n'est pas envisageable et je le dis ici publiquement que des délais supplémentaires soient imposés aux territoires qui ne demandent pas de réflexions de synergie entre Numéricâble et SFR notamment sur les 24 communes où il n'y pas de réseau Numericable.

En accord avec Axelle Lemaire, Secrétaire d’État chargée du Numérique, avec qui j’ai encore échangé ce midi, je vous informe saisir Monsieur Eric Denoyer, Directeur Général du Groupe Numericable – SFR, pour qu’il me confirme l’engagement de son Groupe sur l’ensemble du territoire métropolitain et plus précisément  sur ces 24 communes prioritaires.

Je tiens ici à remercier Messieurs Akim Oural et Jean-Paul Leroy pour leur investissement sur ce dossier essentiel pour le développement de nos communes.

 

C’est avec ce même pragmatisme que je souhaite traiter l’accessibilité de la métropole et la lutte contre la thrombose routière.

Et vous le savez, je vous avais annoncé que j’avais saisi en septembre dernier Monsieur Alain Vidalies, Secrétaire d’État chargé des Transports, pour demander la création d’une mission d’experts chargés de nous faire des propositions.

Ma demande a été appuyée par le Préfet Cordet, que je salue,  et nous avons obtenu satisfaction.

J’ai donc rencontré, le 6 février dernier, Messieurs Rebuffel et Lévêque, missionnés par le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable.

Je leur ai confirmé que les services de la MEL étaient à leur disposition pour leur fournir toutes les données nécessaires. Ils rencontreront aussi l’ensemble des élus et des acteurs engagés sur ces questions d’accessibilité.

Je leur ai confirmé que les services de la MEL étaient à leur disposition pour leur fournir toutes les données nécessaires. Ils rencontreront aussi l’ensemble des élus et des acteurs engagés sur ces questions d’accessibilité.

Je pense bien évidemment aussi aux acteurs économiques et notamment à la CCI Grand Lille dont la réflexion et les propositions sont contenues dans un livre blanc sur l’accessibilité de la métropole.
Les travaux de cette mission devront aussi porter au-delà de la frontière pour appréhender la continuité du trafic en Flandres et en Wallonie. L’échelle pertinente pour aborder ces questions est bien évidemment l’aire métropolitaine.

Ces questions pourront être aussi abordées dans le cadre de la commission mobilité et accessibilité de l’Eurométropole.

Enfin, leurs travaux croiseront ceux du grand débat public lancé en avril prochain par la Région Nord-Pas de Calais sur le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse entre la métropole et le bassin minier.

À l’issue des différentes concertations menées auprès de l’ensemble des acteurs concernés par cette problématique, un rapport nous sera remis en fin d’année 2015 que je porterai immédiatement à votre connaissance.

2015 sera donc une année où nous parlerons beaucoup de transport et d’accessibilité.

Tout l’enjeu résidera alors dans notre capacité de passer des paroles aux actes. La MEL, Le Département, La Région Nord-Pas de Calais, Les Régions Flamande  et Wallonne, nous devrons tous partager nos informations et unir nos efforts dans la même direction. C’est cela aussi le principe partenarial ou encore celui de la mutualisation à grande échelle.

 

Mes chers collègues, c’est un Conseil particulièrement chargé au regard de l’ordre du jour.

 

Mais, je tiens sans plus attendre à vous faire part d’une décision prise ce matin par le Bureau au sujet de la délibération C 0043 – Gestion transitoire de la friche Saint-Sauveur.

Nous nous sommes mis d’accord collégialement au Bureau ce matin pour ne pas faire la Fan Zone de l’Euro 2016 sur le site de Saint-Sauveur afin d’éviter des investissements temporaires à hauteur de 1,5 million d’euros HT. Et je vous proposerai donc tout à l’heure de retirer la délibération C0043 et de ne pas signer le marché.

Néanmoins, il nous est apparu important de prévoir un lieu qui permette aux métropolitains de voir, et dans une ambiance conviviale, les matchs de l’Euro 2016.

Et donc en accord avec la principale intéressée, Martine Aubry, Maire de Lille, il s’agira de la place François-Mitterrand.

Nous sommes en discussion avec l’UEFA, Martine Aubry est en contact permanent avec le Préfet Lambert qui s’occupe de l’Euro 2016, pour définir les conditions précises de ces retransmissions et de l’accueil Place Mitterrand. Bien évidemment avec l’objectif de minimiser les coûts car comme vous le savez, la MEL ne touche plus depuis le 1er janvier 2015 et ne touchera plus la taxe sur les spectacles.

Mais je tenais à vous faire part dès à présent de la teneur des échanges de ce matin.

Lire le discours hommage à Michel Pacaux du 13 février 2015

Mes chers collègues, il y a à craindre que les murs de notre institution ne se mettent à trembler ce soir,
      car la Métropole perd un de ses piliers.

Notre ami et collègue Michel Pacaux m’a en effet remis sa démission et exprimé son souhait de quitter notre assemblée.

N’en tirez surtout pas la conclusion qu’il prend sa retraite, ce serait mal le connaître que de penser que cette retraite puisse être autrement que très active et très remplie, toujours au service des autres, à l’image de toute sa vie.

Cette lettre, je sais qu’elle a été très difficile à écrire pour lui, car tout au long de sa longue vie d’élu, il a toujours refusé de démissionner, de baisser les bras, que ce soit devant les difficultés, devant les obstacles, et même devant la maladie. Cette lettre je ne la reçois pas comme une démission, pas plus que ce soir nous te disons adieu, non, car c’est juste un au-revoir. Je sais que tu as encore de nombreux projets dans ta commune, et je sais que tu viendras les défendre ici avec la même énergie et le même enthousiasme, et que l’on te croisera encore souvent dans les couloirs de la MEL.

Cher Michel, nous profitons donc de cet au-revoir pour te rendre hommage, pour te remercier, t’exprimer notre gratitude, et notre affection.

Vous allez voir en arrière-plan quelques photos collectors et je souhaitais te rendre hommage avec ces photos.
 
Si tu n’es pas le doyen de cette assemblée par l’âge, privilège de notre collègue Jacques Pastour, tu l’es indéniablement par la longévité, toi qui as vu naître cette institution, et je n’étais pas né, et qui a œuvré à sa construction, participé à son développement.

Nous n’avons pas convoqué ce soir le Guiness Book des Records, et pourtant, tu es en France, le seul conseiller communautaire à avoir siégé sans discontinuité de 1971 à 2015, soit un petit mandat communautaire de 44 ans, 44 ans, 4 présidents et 1 présidente successifs, le seul à avoir cumulé plus de 7 mandats et entamé ton huitième.

Tu as siégé comme vice-président pendant 5 mandats, soit 31 ans.

Mes chers collègues, record à battre !

Ceux qui ont rejoint notre assemblée en 2014, Michel nous donne donc rendez-vous en…. 2 058 !

Mais celui qui pourrait prétendre te détrôner en 2021 n’est autre que le sémillant et nouveau recordman de l’Assemblée, le Maire de Villeneuve d’Ascq Gérard Caudron, qui devient donc le « nouveau poilu » de la Métropole Européenne de Lille (élu depuis 1977).

Une telle longévité, mon cher Michel ce n’est PAS Commun !
Cette longévité est d’autant plus exceptionnelle que ton obsession est de servir, et non pas de durer.

Voyez-vous mes chers collègues, il y a des hommes dont on dit qu’ils ne sont que des mots. Chez nous on dit, et tu prenais souvent cette expression  « grand parleu, petit faiseu ».

Et bien Michel, c’est un « grand parleu, et un grand faiseu ».

Quand il annonce qu’il va se battre pour un projet, ou contre un projet, croyez-moi, il n’y va pas que pour la syntaxe, ce n’est pas pour faire joli sur un tract électoral. Il va « vraiment » se battre.
Dans ces cas-là, l’homme doux, généreux et souriant que l’on connaît tous, passe alors en mode guerrier.
Et vous avez tous quelques anecdotes de Michel mais je vais vous en citer quelques-unes.

D’abord en 1985 contre le projet Tumulus, qui prévoit d’installer une gigantesque décharge aux confins de la Lys et de la Deûle.

Michel tient tête à Arthur Notebart, alors tout puissant président de la communauté urbaine.

Le matin du vote, il annonce qu’il votera contre.
Arthur Notebart t’enferme dans son bureau pour que tu ne puisses pas prendre part au vote.

Il tient bon jusqu’au bout, contre la majorité communautaire, contre le président, contre le préfet, contre la terre entière. Et il obtient que le nouveau Conseil élu en 1989 renonce à ce projet.

Il dit volontiers de lui-même qu’il est un rottweiler : quand il a planté ses crocs dans un mollet, il n’y a rien à faire pour lui faire lâcher prise.

Autre combat mon cher Michel : celui pour la reconquête de l'ancienne teinturerie de Frelinghien.

En 1995, après bien des vicissitudes, la Teinturerie, qui s'étend sur plus de 2,5 ha dans le centre du village, ferme ses portes définitivement.

Michel tu te mets en mode combat et « tu mets les pieds dans le plat », pour reprendre son expression. Il prend un arrêté de péril imminent, constate « la défaillance du propriétaire » et du liquidateur judiciaire et finit par acquérir « en faisant un peu de hors-piste » comme tu le dis, le site pour le franc symbolique, allant même jusqu’à prendre des risques sur tes biens propres !

Et celui qui a arrêté ses études à 16 ans, parce que son père était souffrant, mais qui a étudié le droit, le soir, en autodidacte, va plaider lui-même au tribunal.
Il refuse de se faire accompagner d’un avocat et rédige lui-même ses conclusions.
Ses efforts portent leurs fruits ; moins de 10 ans plus tard,  le site est remis en état, démoli et dépollué : des maisons, des collectifs, un parc urbain et une mairie flambant neuve sont inaugurés en 2006.

Ce combat, vital pour le développement de sa commune va servir de préfiguration à toute la politique communautaire de traitements des friches industrielles, de reconquête urbaine et de Ville Renouvelée.

Sans le « culot » de Michel, qui a successivement bravé les industriels, les spéculateurs, les autorités administratives et même la justice, nous n’aurions pas pu imaginer cette politique innovante, qui nous a donné des années d’avance sur cette question.

Fort de cette expérience, Michel devient le « Monsieur friches industrielles » à la communauté urbaine. Il rédige un rapport sur les friches et un très précieux « répertoire des jurisprudences administratives civiles et pénale » destiné aux élus locaux.
Sa compétence sur le sujet est reconnue ici sur tous les bancs, et plus largement en France. Vincent Sol, grand expert français de la dépollution, aime à venir déjeuner avec lui comme tu nous l’as rappelé souvent

Autre combat et je m’arrêterai là pour les exemples. Celui contre le projet de l’A 24 qui menaçait de défigurer sa très chère campagne. Il a initié la contestation, conviant les opposants à manifester, mégaphone au poing, au Pont du Badou (personne ne connaissait le pont du Badou avant Michel Pacaux) dénonçant l’inutilité, le manque de rentabilité et le danger représenté par une autoroute supplémentaire, mobilisant les belges avec lui.

Comme disait André Diligent, dont tu étais proche, c’est ton sillon, et tu n’as pas attendu d’être élu maire de Frelinghien  pour commencer à le creuser.

Dès lors, tu t’es attelé tout entier à la tâche, avec un sens du service public chevillé au corps, et cette belle empathie que nous connaissons tous, ici, élus bien entendu, mais aussi fonctionnaires, du grade le plus élevé au plus modeste.

Cette empathie naturelle, mon cher Michel, t’a permis de créer des liens avec chaque habitant de ton village, dont on dit que tu les connais toutes et tous par leur nom et prénom, et tu rajoutais à chaque fois, y compris les chiens !

Son engagement désintéressé au service des autres, ses combats emblématiques, lui ont acquis toute notre estime, notre considération et notre affection.

Merci pour tout ce que tu as donné à ce territoire. La gratitude de ses habitants et de nous-même te sont définitivement acquis.

Tu restes le bienvenu dans cette grande maison qui est un peu la tienne, et puisque ce n’est qu’un au-revoir, je fais le pari que, lors de notre prochaine réunion du conseil, nous lèverons la tête, et tu seras là-haut, en tribune, et chacun viendra te saluer comme à chaque fois puisqu’en 44 ans de mandat, tu n’en as raté qu’un seul.

Je t’invite à rejoindre le pupitre sous les applaudissements de l’assemblée.

2014

Lire le discours du 19 décembre 2014

Mesdames et Messieurs les conseillers communautaires,
      Mes chers collègues,

Je suis particulièrement heureux de vous réunir aujourd’hui pour notre conseil communautaire qui revêt un caractère particulier et constitue un moment historique.

En effet, mes chers collègues, notre Conseil communautaire se réunit pour la dernière fois au titre de Lille Métropole.

Le compte-à-rebours a commencé !

Dans 14 jours, nous devenons Métropole Européenne de Lille !

Nous changeons donc de dimension au 1er janvier 2015 !

Ce passage est une opportunité forte pour notre territoire et ses habitants !
 
Changement de dimension : des compétences élargies

Le 1er janvier 2015, le paysage institutionnel français sera sensiblement modifié par la création de neuf métropoles de droit commun, Bordeaux, Grenoble, Nantes, Nice, Rennes, Rouen, Toulouse, Strasbourg et bien évidemment Lille.

Ces 9 métropoles viendront s’ajouter aux métropoles de Paris, Lyon et Marseille-Aix-en-Provence qui bénéficient, quant à elles, de statuts spécifiques.

La métropolisation a pour objectif de donner à notre agglomération les moyens de s’affirmer sur la scène européenne dans un esprit de cohésion, de proximité et de solidarité au service des habitants de nos 85 communes.

La loi MAPAM vient renforcer et affirmer le long travail accompli par mes prédécesseurs, Augustin LAURENT, Arthur NOTEBART, Pierre MAUROY et Martine AUBRY auxquels je rends hommage.

Je souhaite saluer les Maires, les élus, mais aussi l’ensemble des Services, qui ont contribué à cette réussite.

Il nous appartient, ici et maintenant, de saisir les opportunités que représentent ces nouvelles compétences tout en respectant l’esprit de l’intercommunalité qui nous anime dans ce mandat :

Se rassembler, au-delà de nos différences pour œuvrer collectivement au service de notre territoire et surtout de ses habitants.


Bien entendu, la refonte du statut de métropole doit s’apprécier dans le contexte plus large de la réforme territoriale entreprise par le gouvernement.

Je pense, bien sûr, aux deux lois qui complétent la loi MAPAM :
-   la première, adoptée cette semaine, est relative à la délimitation des régions ;
-   la seconde portant nouvelle organisation territoriale de la République, qui est en cours d’examen et qui renforce les
    compétences des régions. C’est la célèbre loi NOTRe.


Ces différents textes attribueront des rôles différents dans l’exercice des compétences et créeront de nouvelles articulations entre les échelons d’administration du territoire.

Sans vouloir présager de ce qui ressortira du travail parlementaire, il est évident que la nouvelle organisation territoriale viendra renforcer le couple Région – Métropole.

Notre Métropole Européenne est bien évidemment ancrée sur son territoire régional et non pas dans un rapport de domination mais bien de complémentarité et de synergie.

Nous avons un avantage que beaucoup d’autres régions nous envient : notre Métropole dispose d’un rôle de locomotive régionale incontestable et incontesté. Personne ne remet en question ce rôle, y compris dans la reconfiguration régionale qui se dessine.

Je veux d’ailleurs ici saluer, en votre nom, les prises de positions responsables des autres grandes agglomérations régionales sur ce sujet, et aussi les rassurer : la Métropole sera respectueuse de tous les territoires.

L’exemple de la labellisation « French Tech », obtenue en novembre dernier, illustre bien, selon moi, ce rôle de locomotive joué par notre Métropole, puisqu’en effet, avec les territoires du Valenciennois, du Calaisis et de Lens-Liévin, nous avons eu cette intelligence de nous réunir sous la même bannière, pour parler d’une seule voix au profit de l’ensemble du territoire régional. Et nous avons ontenu ensemble le label « French Tech ».

C’est encore le même esprit qui anime la mobilisation autour de la candidature IDEX qui nous sera présentée tout à l’heure.

Comme vous le savez, j’ai fait du développement économique, de la création de richesses et d’emplois, la priorité de ce mandat !

Des thèmes sur lesquels le couple Région – Métropole prend tout son sens et s’affirmera encore à l’avenir, même si je veillerai, bien évidemment, à ce que la Métropole conserve les liens forts de proximité tissés avec les acteurs locaux, au premier rang desquels se trouvent les Maires.


Avec la loi MAPAM, les métropoles françaises seront dotées de larges compétences, prévues par la loi :

Avant de vous les présenter très rapidement – je ne vais pas faire la lecture complète de la communication-cadre - , je tiens à cet instant à remercier les Vice-présidents, les Conseillers communautaires délégués ainsi que l’administration pour le travail effectué sur la loi MAPAM, dans un délai très restreint. Et vous le savez, nous n’avons pas encore le décret qui devrait tomber, je l’espère, entre Noël et Nouvel an. Travail important, qui a permis que vous soyez tous destinataires d’une communication-cadre relative à la Transformation de Lille Métropole en Métropole Européenne de Lille.

1er temps, les compétences obligatoires dont certaines étaient déjà exercées par Lille Métropole

développement économique, enseignement supérieur et recherche, infrastructures et réseaux de télécommunications, habitat, politique de la ville, eau, assainissement, énergie, et promotion du tourisme…

Ces nouvelles compétences profiteront au développement de notre territoire.


Ainsi, en matière de tourisme, la métropolisation permettra de donner plus de visibilité, de cohérence et de rayonnement.

Je sais que cette prise de compétence suscite des interrogations, notamment dans les communes, compte-tenu :
-   de l’absence de détermination, par le Législateur, du contenu exact de la compétence ;
-   des difficultés concrètes de mise en œuvre liées à la diversité des situations sur les territoires.

Cette nouvelle compétence métropolitaine fera l’objet d’un examen au cas par cas et bien évidemment en fonction de chaque situation.

Mais notre ambition, et celle d’Olivier HENNO, est bien de mettre en place, à terme, un Office métropolitain doté d’antennes territoriales afin de préserver une approche de proximité, au service d’une stratégie métropolitaine mutualisée, en concertation avec les communes.

Ainsi si la prise de compétence « promotion du tourisme » confère le droit à la MEL d’instituer une taxe de séjour intercommunale, en lieu et place des communes, la MEL n’instaurera pas cette taxe intercommunale en cas d’opposition, bien évidemment, des communes concernées. Il reviendra alors à la CLETC de neutraliser financièrement les transferts de compétences.


La seconde prise de compétence que je souhaite mettre en avant aujourd’hui concerne l’énergie.

Vous le savez, la Métropole Européenne de Lille devient, au 1er janvier, compétente en matière de :

-   concession de distribution publique d’électricité et de gaz ;
-   création, aménagement, entretien et gestion des réseaux de chaleur ou de froid urbains ;
-   création et entretien des infrastructures de charge nécessaires à l’usage des véhicules électriques ou hybrides rechargeables.


Ces nouvelles compétences permettront à notre Métropole :
-   de conduire une politique énergétique ambitieuse pour l’ensemble des acteurs,
-   de mettre en synergie nos différentes politiques en matière de logement, d’habitat, de mobilité surtout.


L’enjeu est aujourd’hui :
-   de réduire la vulnérabilité de l’ensemble des consommateurs par le biais de politiques d’économies d’énergie
     ambitieuses,
-   de se positionner sur les modes d’approvisionnements et de développement des énergies renouvelables,
-   et d’adapter en conséquence les réseaux de distribution par le biais des réseaux électriques intelligents.


Au-delà des aspects technique et financier, ces transferts de compétences revêtent également un caractère humain. Et mon Vice-président Alain BERNARD, y reviendra tout à l’heure dans les premières délibérations où nous transférons des compétences et donc des hommes et des femmes. Je souhaite la bienvenue aux nouveaux personnels issus des syndicats SIMERE, SMGDV et du GIP Lille Métropole Renouvellement Urbain.

2ème temps, les compétences optionnelles

La Métropole Européenne de Lille devra également décider de compétences optionnelles.

Ainsi afin de mettre en œuvre sa politique culturelle, sociale et sportive, la MEL peut, dans les deux années qui suivent l’entrée en vigueur du décret et sa création, en relation avec les communes, s'orienter vers le transfert d'équipements au service de ses politiques et d'intérêt métropolitain.

Pour cela, nous aurons donc deux ans pour positionner le curseur et préciser les critères permettant de déterminer les équipements d’intérêt métropolitain. Il appartiendra bien évidemment au Conseil, sous la direction d’Alain BERNARD, de définir ou non ces critères.

3ème temps, les transferts de compétences

Par ailleurs, la loi prévoit le transfert des voiries départementales vers la Métropole sur son territoire. Le Département et la Métropole s'accorderont par convention sur le périmètre des voiries à transférer pour une mise en œuvre au 1er janvier 2017, dans un objectif de cohérence et de limitation des intervenants sur le domaine public.

Dans ce cadre, et en accord avec Daniel JANSSENS, la Métropole souhaite proposer le transfert de l'ensemble des routes départementales, à l’exception de voies à caractéristiques autoroutières auxquelles s'ajouteraient des axes routiers principaux. Pour vous donner un ordre d’idée, l’ensemble des routes départementales que nous pourrions transférer représente un transfert de l’ordre de 90% du linéaire de routes départementales.

Ces nouvelles compétences pourront être complétées par des transferts facultatifs de compétences départementales, et/ou régionales ainsi que de l’Etat, au travers de la signature de conventions.

Nous avons le temps d’y réfléchir.

Mais nous devons suivre précisément les débats parlementaires actuels sur le projet de loi NOTRe qui pourrait attribuer à la MEL, de manière obligatoire, des compétences sociales relevant aujourd’hui du Département.

Nous serons, bien sûr, très attentifs aux conditions financières de ces transferts pour l’équilibre de notre budget !

Le décret qui permettra la transformation effective de Lille Métropole en Métropole Européenne de Lille est pratiquement bouclé. Je vous l’ai dit tout à l’heure, nous l’attendons avec grande impatience. Je sais que le libellé des compétences a fait l’objet de nombreux échanges entre la Direction Générale des Collectivités Locales, Lille Métropole et les services de la Préfecture, que je tiens à saluer ici car ils sont autant sous pression que nous. Etant précisé que toutes les compétences acquises par Lille Métropole antérieurement à sa transformation seront transférées, de plein droit, à la Métropole.


Au-delà de ces transferts de compétence, la mutualisation des services.

C’est Hélène MOENECLAEY, notre conseillère, qui s’occupera de ce dossier.

Cette nouvelle étape dans l’évolution de notre Institution doit permettre de donner une impulsion nouvelle au mouvement de mutualisation engagé depuis 2010.

Ainsi, la loi prévoit un rapport relatif aux mutualisations des services comprenant un schéma de mutualisation entre l’EPCI et les Communes membres.

Ce schéma de mutualisation est aussi un nouvel outil de gouvernance, élaboré dans la concertation et la co-construction. Avec les futures propositions du groupe de travail « perspectives fiscales », il aura vocation à donner les moyens de mettre en œuvre un projet de territoire.


Les enjeux de cette mutualisation sont nombreux :
-   renforcer le co-développement entre Lille Métropole et les communes, ainsi que la cohérence de l’action publique
     à l’échelle du territoire ;
-   améliorer le service rendu (présence, efficience, qualité, transversalité) ;
-   rationnaliser l'action publique ;
-   maîtriser les dépenses publiques en regroupant les achats ;
-   et surtout permettre la continuité du service public malgré le désengagement progressif de l’Etat – et nous le
     voyons sur l’instruction des permis de construire - et un cadre budgétaire de plus en plus contraint.


Acquérir une nouvelle dimension, c’est aussi conforter notre positionnement de Métropole européenne

Lille Métropole obtiendra, à juste titre, le nom de Métropole Européenne de Lille et j’y vois ici la reconnaissance du caractère profondément européen et international de Lille Métropole, et de son ancrage au cœur de l’Europe.

Avec un positionnement géographique privilégié entre Paris, Londres et Bruxelles : à 35 minutes de Bruxelles, 1h10 de Paris et 1h20 de Londres, la MEL participe aux grands courants d’échanges économiques et culturels européens.

C’est un atout considérable et nous ne devons pas uniquement nous tourner vers la Picardie mais travailler à 360 degrès vers notre versant belge, notamment dans le cadre de l’Eurométropole, au service des collectivités membres et de leurs habitants.

Dans les prochaines semaines nous développerons le schéma de coopération transfrontalière prévu dans la loi MAPAM, en associant la Région, le Département, les communes et nos partenaires belges.


Je souhaite que la Métropole Européenne de Lille soit à la fois visible et fédératrice : la MEL doit être au cœur du dialogue des métropoles européennes.

Et à ce titre, notre présence à l’exposition universelle de Milan 2015 en juin prochain représente une opportunité majeure pour valoriser le talent, la créativité et le dynamisme des entreprises et acteurs du territoire, notamment le savoir-faire en matière d’agro-alimentaire, de textile technique et de design, puisque le thème sera Textifood.

Nous serons présents à Milan au sein du pavillon France, en coopération avec Lille 3000 qui y présentera l’exposition Futurotextiles. J’ai également souhaité donner une dimension économique et eurométropolitaine à cette participation. Et donc des entreprises françaises et belges valoriseront ensemble le territoire transfrontalier.

Notre présence à Milan sera également l’occasion d’organiser une rencontre de métropoles européennes pour accroître le dialogue avec des territoires similaires au nôtre et ainsi renforcer notre positionnement européen.

Je tiens à remercier Martine AUBRY pour son engagement en faveur de notre présence à Milan, notamment pour l’ensemble du projet culturel et ses efforts pour la recherche de financements privés qui nous permettront d’être présents à cet évènement international.

Changement de dimension, nous irons plus loin : d’autres défis nous attendent, notamment avec le CPER et les programmes européens :

Vous verrez 2015 sera aussi intense que 2014 puisqu’il marquera également le lancement de la nouvelle programmation du Contrat de Plan Etat-Région, le CPER, et des programmes opérationnels européens.

C’est un autre chantier d’ici février, mon cher Alain.

Nous examinerons systématiquement l’opportunité d’un financement européen pour tous nos grands projets.

La culture de la recette est une de mes priorités et c’est pourquoi je suis très attentif aux nouvelles opportunités financières que représentent ces programmes.

Pour la 1ère fois, grâce à la loi MAPAM, Lille Métropole est associée à l’élaboration du CPER, aux côtés de l’Etat, de la Région et des deux Départements.

Nous signerons mi-janvier, après notre 1er Bureau, un protocole d’accord qui permettra d’arrêter les grandes masses budgétaires autour de grands enjeux qui concernent notre Métropole.

Comme vous le savez, un de ces grands enjeux, c’est la mobilité.

Au titre du volet mobilité multimodale

Dans le cadre du CPER, 1,2 milliards d’euros d'opérations sont inscrits sur les différents réseaux de transport du territoire avec un objectif de répondre aux problématiques de congestion et de mobilité au quotidien.

J’ai fait de l’accessibilité de notre Métropole une priorité de ce mandat !

Dénoncer la thrombose croissante des voies routières dans notre Métropole c'est bien et on le constate chaque jour depuis de nombreuses années.

Trouver et expérimenter des solutions, c'est mieux et c’est notre objectif !

À ce titre, nous avons fait dès le début du mandat une demande au secrétaire d’Etat en charge des transports de mettre en place un groupe d’experts indépendants pour étudier de nouvelles solutions de mobilité à l’échelle métropolitaine et régionale, notamment de contournements routiers. Et cette demande a reçu un écho favorable et nous aurons bientôt la nomination de ces experts.

Parallèlement, en accord avec l’ensemble des Vice-présidents concernés – Gérald DARMANIN, Régis CAUCHE et Anne VOITURIEZ, je lancerai, dès le début de l’année, un groupe de travail associant la Région, les Départements, la SNCF, Transpole, le SMIRT (Syndicat mixte intermodal régional des transports), la Chambre de commerce et d’industrie Grand Lille et d’autres acteurs locaux et transfrontaliers pour avancer rapidement sur cette question notamment à travers la mobilité intelligente et des solutions innovantes : temps de la ville, amélioration systèmes information aux usagers...


Au regard de l’engagement du Gouvernement pour la réalisation du Canal Seine Nord Europe, le CPER intégrera le financement d’opérations sur le réseau fluvial qui permettront d’améliorer le niveau de service et la capacité des canaux situés sur la liaison Seine-Escaut entre le Canal Seine Nord-Europe et la Belgique.

Ce Canal Seine Nord Europe, pour la Métropole, présente 2 grands enjeux :
1 - le développement du transport fluvial comme vecteur du développement économique ;
2 - la voie d’eau comme vecteur d’aménagement : avec l’autoroute A1 et le Canal Seine Nord, nous avons quasiment
     deux colonnes vertébrales de la nouvelle ossature territoriale de la future Région Nord – Pas de Calais – Picardie.


Bien sûr, nous resterons vigilants aux annonces du Gouvernement tant sur le plan financier et les sollicitations que nous pourrions avoir que sur l’aspect écologique du projet.

Je solliciterai, bien sûr, l’ensemble des Vice-présidents concernés pour étudier et répondre au mieux aux propositions qui nous seront faites.

Le volet Transition Ecologique et Energétique

L'investissement public sur ce volet du CPER permettra d’accompagner la mise en place de fonds d'investissements ou d’instruments financiers déstinés à la transition énergétique.

Ces outils visent le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, notamment la rénovation énergétique de l’habitat, que ce soit dans notre plan 100.000 logements ou la lutte contre la précarité énergétique.


J’entends mobiliser l’ensemble de nos compétences et les opportunités de financement du CPER et Programmes Européens pour mener cette politique énergétique ambitieuse.

Car, vous le savez bien, Lille Métropole est un territoire de la troisième révolution industrielle !

Au titre du volet de l’enseignement supérieur et recherche

Les efforts visent avant tout à faire jouer nos universités dans la cour des grands, à leur donner une excellence et un rayonnement de niveau européen, voire mondial.

Le tout dans un paysage universitaire régional multipolaire et complémentaire.

Ces efforts portent ainsi à la fois :
-   sur la qualité des formations et leur ouverture à la révolution numérique ;
-   sur l’excellence des équipements de recherche et d’apprentissage ;
-   et enfin sur la remise à niveau des bâtiments dans le cadre de notre Plan Campus.

Nous avons tous conscience qu’il n’y a pas de grande métropole européenne sans université d’excellence, qui est l’élément moteur de sa recherche, du dynamisme de son économie, de la formation de sa jeunesse, afin de ne pas perdre nos jeunes talents et aussi d’en attirer de nouveaux.

L’année 2015 sera aussi celle de l’affirmation de cette grande Université de Lille, issue de la fusion programmée des composantes actuelles et porteuse d’une candidature unique dans le cadre de l’appel à projets IDEX.

L’enjeu est essentiel, celui de faire émerger sur notre territoire une université qui entrera dans les 50 meilleures européennes.

Je salue à ce titre la présence parmi nous des Présidents des Universités, Madame Fabienne BLAISE (Lille 3) et Messieurs Philippe ROLLET (Lille 1) et Xavier VANDENDRIESSCHE (Lille 2).

Monsieur VANDENDRIESSCHE, dans quelques instants, nous présentera la candidature de l’Université de Lille à l’appel à projets IDEX.

Le soutien que le CPER peut apporter pour répondre à l’ensemble de ces enjeux est essentiel. Je vous rappelle que le montant global du CPER pour la période 2015-2020 représente 1,5 milliards d’euros dont 750 millions apportés par l’Etat, après une 1ère proposition inacceptable, qui était de 450 millions d’euros, et qui a été refusée courageusement par le Préfet. Et je salue l’ensemble des personnes qui se sont battues pour faire passer ce montant de 450 à 750 millions d’euros.

Le CPER avec sa maquette financière précise fera l’objet d’une délibération en Conseil communautaire de février avant sa signature formelle au printemps.

À ces crédits CPER, et c’est l’actualité de la semaine, viennent s’ajouter ceux du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain.

À ce titre, sept quartiers de Lille Métropole sur les dix proposés ont été retenus cette semaine par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine.

Ce Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain, qui s’inscrit dans la future compétence Politique de la Ville de Lille Métropole à partir de janvier 2015, constitue un enjeu majeur pour notre territoire.

Et je remercie Francis VERCAMER, Audrey LINKENHELD et l’ensemble des parlementaires, qui ont défendu, à mes côtés, ce dossier auprès du Ministre de la ville, de la jeunesse et des sports.

Les aides perçues de l’Etat permettront d’améliorer le quotidien des habitants dans ces quartiers en intervenant sur l’offre et la qualité des logements, l’aménagement des espaces publics et l’ouverture du quartier sur le reste de la ville.

L’ANRU, mon cher Gérard CAUDRON, a également laissé la possibilité au Préfet de choisir des quartiers supplémentaires en lien avec la Région. Et donc la Métropole restera donc mobilisée pour que les quartiers non retenus – et je sais que tu es très sensible au quartier du pont de bois - puissent eux-aussi être soutenus.


En conclusion

Mes chers collègues, j’ai essayé d’être bref sur cette grande mutation en Métropole Européenne de Lille. Et je viens de le détailler, des défis conséquents, nécessitant un volontarisme sans faille, restent à relever pour que notre Métropole continue à se développer, à s’affirmer.

La Métropole Européenne de Lille,
-   c’est l’opportunité pour les communes qui l’accompagnent dans son destin, de voir leur attractivité et leur
     dynamisme renforcés ;
-   c’est aussi une chance pour ses habitants de connaître un territoire en développement.

Il nous appartient donc de faire vivre cette Métropole Européenne, ensemble !

Je vous assure de mon engagement et je ne doute pas de votre pleine coopération que je sais constructive et proactive, pour que notre Métropole Européenne de Lille soit synonyme de réussite, de rayonnement, de compétitivité, de bien-être et d’attractivité.
 

Je vous remercie de votre attention.

Lire le discours du 12 mai 2014

Mesdames et Messieurs les conseillers communautaires,
      Mesdames et Messieurs les Maires,
      Mesdames, Messieurs,
      Chers collègues,

Je voudrais saluer le public présent en tribune ainsi que la presse.

Je salue également la directrice générale des services, Marie-Caroline BONNET GALZY, ainsi que l’ensemble des agents de Lille Métropole. Et je vous présente Grégory BLIN, mon directeur de Cabinet.

Je souhaite commencer ce premier Conseil en vous renouvelant mes remerciements pour la confiance que vous m’avez accordée le 18 avril dernier.

Je tiens à rendre hommage à un homme Pierre MAUROY, dont je salue la mémoire. Il occupait déjà ce fauteuil lorsque je suis entré à la communauté urbaine, il y a 16 ans maintenant, et je dois dire que je suis fier, ému et surtout très honoré de présider à mon tour cette grande institution. Pierre MAUROY était un bâtisseur, un visionnaire et nous lui devons beaucoup, la Métropole lui doit beaucoup. Nous lui devons tous ici de poursuivre la démarche qu’il a engagée.

Je veux aussi saluer Martine AUBRY, qui m’a précédé et avec qui j’ai eu l’honneur et le plaisir de travailler. Notre collaboration a été fructueuse et constructive, je souhaite poursuivre dans cet esprit et porter les projets avec l’ensemble des élus qui composent notre assemblée.

Cette Métropole, nous la connaissons bien. Elle a beaucoup évolué depuis sa création en 1967. Nous nous devons de préserver ce qui a été entrepris et nous devons aller encore plus loin.

Aujourd’hui à la tête de Lille Métropole, je suis conscient de la tâche qui est la mienne et je compte la remplir avec détermination et conviction. Je m’investirai quotidiennement au service de la qualité de vie de chacun, en respectant les spécificités de chacune de nos communes.

Je serai un Président rassembleur, à la poursuite d’un seul objectif : le développement de Lille Métropole. Se rassembler au-delà de nos différences pour œuvrer collectivement au service de notre territoire et de ses habitants car nous avons le même sens des responsabilités et du service public.

Le projet que j’entends porter avec vous repose sur deux convictions et des priorités :

Les convictions

La première de ces convictions est qu’il nous faut rendre la Métropole encore plus proche, encore plus efficace pour les citoyens, dans nos 85 communes.

Nous ne pouvons pas nous contenter de gérer les acquis et nous devons être en mouvement, en dynamique, pour innover, s’adapter au changement, à l’évolution de nos sociétés, aux besoins de nos habitants.

La Métropole, c’est aujourd’hui notre force commune pour répondre aux enjeux qui sont devant nous : l’emploi, le développement économique, le transport, l’aménagement, le logement, l’énergie et la transition énergétique pour ne citer que ces quelques sujets.

La seconde est de préparer l’avenir ensemble, d’autant que la Loi MAPAM fait de Lille Métropole, une Métropole Européenne dès janvier 2015. Dans les mois qui viennent, un travail important devra être réalisé pour réussir cette transformation.

Il nous faut être absolument au rendez-vous pour évoluer dans le cercle des grandes Métropoles françaises et européennes. Une Métropole dans laquelle chaque habitant, chaque entreprise pourra construire son projet d’avenir grâce à des politiques innovantes.
Dotées de nouvelles compétences confiées par le législateur, les Métropoles disposeront d’un large niveau d’action leur permettant de conduire un véritable projet de territoire. Ce projet devra être mis en cohérence avec les compétences et les projets des collectivités supra métropolitaines que sont la Région et le Département. C’est un chantier prioritaire.

Il conviendra de réfléchir, dès aujourd’hui, ensemble sur les nouvelles compétences que nous aurons à gérer demain, aux moyens dont nous disposerons et à ceux que nous nous donnerons pour les mettre en oeuvre.
Nous avons des atouts pour y parvenir : un service public communautaire efficace et engagé, capable d’innover, d’apporter de nouvelles réponses et de s’adapter aux nouvelles exigences.

Mes priorités
Les finances et la gestion de la Métropole

Le contexte budgétaire contraint, lié notamment aux baisses de dotations de l’Etat, nous prive de nombreuses ressources.
La fiscalité additionnelle n’est pas une solution, je la refuse.
Il est de notre responsabilité de :

    Contenir l’évolution des dépenses de Lille Métropole.
    Maintenir une vision pluriannuelle des dépenses et recettes ayant pour objectif une réduction de la dette d’ici la fin du mandat.
    Rechercher les moyens de rendre nos services moins coûteux et toujours plus efficaces et plus performants, en valorisant par exemple, pour les communes qui le souhaitent, les logiques de coopération et de mutualisation.
    Inscrire dans nos pratiques une culture de la recette : mobiliser les fonds européens, les appels à projets nationaux, les partenariats institutionnels et privés pour trouver des nouvelles marges de manoeuvre financières.

Nous pourrons ainsi élaborer de nouveaux projets tout en assurant une stabilité fiscale à nos habitants et à nos entreprises durant tout le mandat. Je m’y engage !

La gouvernance

est déterminante et doit rester collective. J’en serai le garant. Elle doit nous permettre de faire vivre la Métropole, mais aussi d’agir toujours dans la proximité.

Je l’ai dit dès mon élection, mon mode de gouvernance privilégiera le dialogue et la collégialité et j’ai besoin de vous tous pour préparer les défis qui nous attendent. Pour cela, je souhaite :

    Consacrer le bureau communautaire aux arbitrages et projets politiques et mettre toutes les délibérations communautaires à l'ordre du jour du Conseil de communauté.
    Refondre nos 8 territoires pour qu'ils correspondent mieux aux réalités urbaines et de bassins de vie, et les compléter avec la création de contrats de commune.
    Instaurer une culture de l'évaluation systématique des politiques publiques.

C’est dans cet esprit que je souhaite mettre en place le plus rapidement possible la Conférence Métropolitaine prévue dans la loi MAPAM, au sein de laquelle nous débattrons des grands enjeux métropolitains.
Je veux associer les Maires, tous les Maires quels que soient leur sensibilité politique au coeur des décisions.
Nos communes constituent les premiers espaces de vie démocratique auxquels se réfèrent nos concitoyens et il me paraît logique que chacune d’entre elles puisse faire entendre sa voix, pour nourrir le débat au sein de notre assemblée.
Nous savons qu’aucune action ou intervention ne peut être décidée sur le territoire d’une commune sans l’accord du Maire, c’est une règle absolue appliquée ici dans la communauté.
C’est tout le sens de cette conférence Métropolitaine à laquelle je viens de faire référence et qui sera consacrée aux décisions à prendre rapidement en matière de gouvernance, de politique fiscale, de pouvoir de police et de vision Métropolitaine.

Nous allons nous atteler à ce chantier sans attendre.

Emploi, Développement économique et innovation

Dans le contexte de crise qui est le nôtre, l’économie et l’emploi sont les priorités de Lille métropole et j’entends :

    Faire du territoire métropolitain un territoire d’emploi, attractif pour les entreprises et porteur de filières d’avenir, une métropole créatrice d’emplois : du moins au plus qualifié. Poursuivre le développement international de nos pôles d’excellence.
    Élaborer une stratégie de veille et d’action foncière dynamique, au service du développement de nos entreprises.
    Mettre en place un meilleur intéressement financier des communes au développement économique.
    Afin de renforcer le dialogue et les liens de confiance entre les entreprises et notre établissement, je créerai un Conseil des entrepreneurs destiné à faire remonter les idées et les attentes.
    Faire de l’enseignement supérieur et de la recherche un enjeu stratégique de la Métropole, je créerai un portage politique fort via une Vice-présidence, pour que notre établissement prenne toute sa place dans ce sujet et cela très rapidement, notamment pour répondre d’ici la fin de l’année à l’appel d’offre gouvernemental du projet IDEX (initiative d’excellence) : il s’agit là d’un enjeu financier et d’image très important pour la Métropole.
    Considérer l’agriculture et l’agroalimentaire comme un pan majeur de l’économie du territoire.
    S’assurer du déploiement effectif du Très haut Débit sur l’ensemble de notre territoire.
    Répondre à l’appel à projet gouvernemental pour obtenir la labellisation French Tech pour la Métropole lilloise (Lille’s French Tech) afin de faciliter la création et le développement de start up, championnes du numérique, à l’instar de la Tech City à Londres ou de San Francisco.
    Soutenir les PME et TPE, le commerce et l’artisanat de proximité, créateurs d’emplois non-délocalisables et de vitalité pour nos communes.

Cette bataille pour l’emploi, nous pourrons la mener en partenariat avec toutes les forces économiques du territoire.

Transports et mobilité

Autre priorité à laquelle je souhaiterais que l’on s’attèle sans tarder, il s’agit de l’accessibilité de notre Métropole car elle va de pair avec l’attractivité de notre territoire, de notre ouverture à l’Europe. Nous devons gagner en fluidité sur les questions de circulation afin de :

    Garantir à chaque usager et à toutes les entreprises, une Métropole plus accessible et plus fluide, travailler à la mise en place de nouvelles infrastructures de transport pour désengorger la métropole (contournement de Lille).
    À ce titre, je compte confier une mission à des experts indépendants de l’aménagement du territoire pour que nous soyons en mesure de faire des propositions à l’Etat dans les plus brefs délais.
    Concevoir notre politique de transport en fonction des rythmes et principaux générateurs de flux de déplacements.
    Développer les modes de déplacements doux, une offre de stationnement et l’intermodalité.
    Renforcer la sécurité dans les transports publics en lien avec la Police Nationale, les communes et notre délégataire, dans le cadre de notre Contrat Local de Sécurité des Transports.


L’Aménagement

de nos villes et de nos villages constitue un enjeu important pour notre Métropole et pour ses habitants. Ceux-ci doivent pouvoir bénéficier de services et d’équipements de proximité, quel que soit l’endroit du territoire où ils vivent. Nous devons :

    Assurer au quotidien la meilleure qualité de service public pour les métropolitains en matière de transport, espaces publics, collecte des déchets.
    Protéger la ressource en eau et garantir sa distribution par le choix d'un mode de gestion responsable, transparent et performant.
    Préserver nos espaces naturels et mettre en oeuvre les moyens de la transition énergétique.
    Construire une tarification adaptée à chaque ménage pour l’eau, les transports, en lien avec le quotient familial et la composition des ménages.
    Enfin, nous devons voter au cours de ce mandat notre SCOT et notre PLU qui va engager la Métropole jusqu’en 2030. C’est un chantier primordial.

La question de la quantité et de la qualité de l’habitat métropolitain est cruciale, il conviendra de :

    Produire des logements durables conformes aux attentes des habitants grâce à la mise en oeuvre d'un plan de relance du bâtiment. Assouplir le PLH et y inclure l'offre indispensable de logements en accession sociale à la propriété.
    Développer une Métropole vivable et durable en adaptant le concept de densité urbaine à l'identité de chaque commune.
    Lancer un grand plan de rénovation des quartiers et de l’habitat ancien pour lutter contre la précarité énergétique.
    Affirmer l'ambition et le positionnement communautaire dans le cadre de la politique de la ville pour un développement plus solidaire de son territoire.
    Relever le défi qui se présente à Lille métropole en tant que signataire du contrat de ville pour mobiliser ses politiques de droit commun en faveur des quartiers les plus en difficultés.


En termes de Politique culturelle et sportive

Je sais que nous avons les ressources d’être une Métropole qui compte à l’échelle européenne. Il donc nécessaire de :

    Réinterroger nos politiques culturelles et sportives en favorisant la mise en réseaux des équipements communautaires et communaux, en capitalisant sur le succès des « Belles Sorties », du plan piscine et en attirant des grands évènements tels que le Tour de France, l’Euro 2016 mais aussi la grande exposition MODIGLIANI au LAM en 2016.
    Faire de l’Eurométropole un atout pour devenir une véritable métropole européenne et dans le cadre de la loi MAPAM, créer le futur schéma de coopération transfrontalière par le biais d’une stratégie concertée en matière de développement économique ou encore en matière de mobilité.
    Poursuivre les actions concourant au rayonnement national, européen et international de notre Métropole par sa capacité d’innovation, sa richesse culturelle et son vivre ensemble.


Vous l’avez compris, je veux l’essor économique mais aussi l’emploi, le cadre de vie, l’accessibilité, la connaissance, l’innovation, je veux tout ce qui peut contribuer au développement harmonieux et au rayonnement de Lille Métropole !

Nous avons 6 ans pour réussir, 6 ans pour inventer l’avenir.

Cette Métropole sera attractive, créative, innovante, solidaire, équitable et durable ! Nous ferons référence ! J’y crois !

Voilà, mes chers collègues, le défi que je vous propose de relever ensemble : bâtir, construire, imaginer notre Métropole.
Seul le rassemblement, porteur de l’intérêt général, permettra d’être à la hauteur des attentes de nos concitoyens et de l’exigence d’excellence pour notre Métropole.

Il m’appartient aujourd’hui de proposer un exécutif conforme à mes engagements. J’ai beaucoup consulté, j’ai multiplié les rendez-vous avec les Présidents des groupes politiques.

Je pense que nous sommes collectivement parvenus à construire un exécutif qui est beaucoup plus qu’un équilibre.
Mes chers collègues, je souhaite attirer votre attention sur la qualité des personnes présentes dans cet exécutif.

Laissons quelques minutes de côté nos appartenances pour prendre conscience de l’exceptionnel rassemblement de compétences sur nos bancs.

J’ai aussi construit l’exécutif en réunissant l’expérience, la compétence et l’énergie.

L’exécutif, que je vais soumettre aux voix dans un instant, je l’ai donc bâti au-delà des clivages. C’est une gouvernance renouvelée, une gouvernance collective.

Je vous remercie de votre attention.