Qualité de l'Air

Le réseau de surveillance de la qualité de l'air

La MEL soutient financièrement le réseau de surveillance de la qualité de l’air sur son territoire depuis 1979. Ce réseau a été régionalisé en 2005.

La surveillance de la qualité de l’air est désormais assurée par Artmo Nord-Pas de Calais – Picardie, association agréée par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.
Ses rôles : assurer le suivi des polluants atmosphériques réglementés et informer le public. 
 

Quelle est la situation de la qualité de l’air sur le territoire de la MEL ?

La région Hauts-de-France connait régulièrement des dépassements des seuils réglementaires pour les poussières en suspension (PM10). Compte-tenu du trafic routier dans la région, il existe aussi un risque de dépassement pour le dioxyde d’azote (NO2).
Ces dépassements réguliers sont observés depuis 2005 pour plusieurs régions et agglomérations françaises, dont Marseille, Toulouse, Paris, Strasbourg, Rhône-Alpes, Bordeaux ou encore l’île de la réunion.


En avril 2014, un plan de protection de l’atmosphère (PPA) a été adopté pour le Nord-Pas de Calais. Ce plan permet de mettre en place des mesures localement efficaces pour réduire les émissions de polluants sur le territoire. 
L’objectif du PPA régional est de réduire les niveaux de fond de la pollution atmosphérique.
Pour en savoir plus, consulter le site de la DREAL

Pour plus d’information sur la qualité de l’air sur le territoire de la MEL, consultez les bilans territoriaux d’Atmo Nord-Pas de Calais-Picardie :
- La surveillance de la qualité de l’air sur la MEL, rapport territorial 1996 – 2010 ;
- Rapport territorial 2014 ;
- Rapport territorial 2015.

Que se passe-t’il en cas d’épisode de pollution ?

Le niveau de fond de la pollution atmosphérique sur le territoire régional est en permanence élevé. Des conditions météorologiques défavorables à la dispersion des polluants entrainent alors un pic de pollution.
Selon l’intensité de l’épisode de pollution, le préfet peut déclencher deux types de procédures :

1.  Une procédure d’information et de recommandation :
Elle correspond au dépassement du seuil réglementaire de 50µg/m3.
Le préfet déclenche des actions d’information auprès du public, des maires, des établissements de santé et diffuse des recommandations sanitaires pour limiter les émissions de polluants.

2.  Une procédure d’alerte :
Elle correspond au dépassement du seuil de de 80µg/m3.
En complément des mesures prévues par la procédure d’information et de recommandation, le préfet déclenche des mesures réglementaires de restriction ou de suspension de certaines activités polluantes. Celles-ci, décidées en fonction des caractéristiques de l’épisode de pollution, peuvent notamment imposer des réductions de la vitesse sur les axes routiers voire la mise en place de la circulation alternée.

Que puis-je faire en tant que citoyen en faveur de la qualité de l’air ?

Découvrez les bons gestes à adopter pour limiter les émissions de polluants liées à votre mode de vie au quotidien : www.atmo-npdc.fr

Les sites de la Métropole Européenne de Lille